Le bilinguisme, un outil pour ralentir l’évolution de la maladie d’Alzheimer

Une étude, menée par la Concordia University de Montréal, analyse les effets de la connaissance d’une seconde langue chez les personnes atteintes d’Alzheimer et d’une déficience cognitive légère.

 

Cette étude portait sur :

  • 34 patients monolingues atteints d’une déficience cognitive légère,
  • 34 patients multilingues atteints d’une déficience cognitive légère,
  • 13 patients monolingues atteints de la maladie d’Alzheimer,
  • 13 patients multilingues atteints de la maladie d’Alzheimer.

 

Natalie Phillips, Professeur au département de psychologie de Concordia University, a mené cette étude. Cette dernière tend à confirmer l’hypothèse selon laquelle les personnes parlant deux langues exercent des régions spécifiques du cerveau.  Cet entraînement, estime-t-elle, augmenterait l’épaisseur corticale et la densité de matière grise.

 

Le Professeur Phillips a utilisé des données issues d’un IRM à haute résolution pour mesurer la densité tissulaire dans certaines régions du cerveau. Ce chercheur s’est concentré sur les parties importantes pour la mémoire qui, habituellement, correspondent aux zones cérébrales touchées par l’atrophie chez les patients atteints d’Alzheimer. L’IRM, précise-t-elle, est plus à même, contrairement à la tomodensitométrie utilisée dans les études précédentes, d’étudier de manière plus fine les zones de contrôle du langage et de la cognition dans les régions frontales du cerveau.

 

Le Professeur Natalie Phillips et son équipe en déduisent  que les personnes multilingues sont capables de compenser la perte tissulaire liée à la maladie d’Alzeimer en accédant à des réseaux alternatifs ou à d'autres régions du cerveau pour le traitement de la mémoire. En bref, le multilinguisme favoriserait la plasticité cérébrale.

 

Et si les Ehpad proposaient l’apprentissage des langues comme animation ?

 

Livres et fiches d'activités pour les professionnels en gérontologie.

 

 

 

 

 

Projet d'animation en EHPAD

 

Ce guide pratique a pour ambition d'aider les chefs d'établissement, les animateurs et les équipes à concevoir un projet d'animation apte à maintenir les capacités d'autonomie sociale, physique et psychique de la personne âgée, à travers des activités adaptées à ses besoins, à ses capacités et à ses attentes.