mer.

11

déc.

2019

L'oligomannate, enfin un médicament qui guérit la maladie d'Alzheimer ?

Les organismes de réglementation chinois viennent d’accorder une approbation conditionnelle à l’Oligomannate.

 

Ce médicament, fabriqué par le laboratoire Shanghai Green Valley Pharmaceuticals, a pour ambition de traiter les malades d’Alzheimer .

 

UN TRAITEMENT CONTRE LA MALADIE D'ALZHEIMER DÉRIVÉ DES ALGUES MARINES

L’Oligomannate contient des dérivés d’algues marines qui auraient pour effet d’améliorer les fonctions cognitives des patients atteints de la maladie d’Alzheimer. Le traitement pourrait être utilisé pour les malades souffrant d'un Alzheimer d’intensité légère à modérée. Les bienfaits de ce médicament se manifesterait dès la 4e semaine d’administration.

 

Jusqu’à aujourd’hui la plupart des études réalisées dans le monde se focalisaient sur la manière d’éliminer l’accumulation d’une protéine  dans les plaques du cerveau, la bêta-amyloïde. À ce jour, les essais cliniques n’ont pas permis d’améliorer les capacités cognitives des patients.

 

Avec l’Oligomannate, la Chine s’est concentré sur un nouveau domaine d’étude : l’influence des bactéries contenues dans l’intestin. Ce traitement modulerait le lien entre le cerveau et les microorganismes intestinaux, les microbiomes. L’Empire du milieu n’est pas le seul à se consacrer à ce domaine d’étude. Des scientifiques du monde entier cherchent aujourd’hui à comprendre comment les bactéries peuvent déclencher la maladie d’Alzheimer.

SCEPTICISME DE LA COMMUNAUTÉ SCIENTIFIQUE INTERNATIONALE

Washington University in St Louis
Washington University in St Louis

Les données complètes sur les effets du médicament ne sont pas encore publiées. Les reproches ne se sont donc pas faits attendre :

 

Carol Routledge, directrice de la recherche au Alzheimer’s Research au Royaume-Uni, a déclaré que l’état britannique a besoin de preuves que ce médicament est sûr et efficace. L’approbation sur le marché du Royaume ne sera accordé, dit-elle, qu’après des essais plus importants à l’échelle mondiale afin d’étayer les allégations de la Chine.

 

Les États-Unis ont d’ailleurs porté peu de cas à cette annonce. Le Dr Joy Snider, neurologue à l’Université de Washington à St Louis, a déclaré que 800 participants aux essais cliniques ne suffisaient pas pour apporter la preuve de l’efficacité du médicament et qu’il conviendrait d’en accroître le nombre.

 

L’Oligomannate, connu sous le nom de GV-971, sera commercialisé sur le marché chinois dès la fin de cette année. Ceci sous condition, présenter des recherches complémentaires sur le mécanisme du médicament, son efficacité à long terme, et surtout son innocuité.

 

Un essai mondial sera lancé l’année prochaine afin de déposer une demande d’approbation dans d’autres pays.

 

 Source : Reuters, “China gives conditional ok to its first self-developed Alzheimer’s drug”, 2 novembre 2019

 

Patricia Gendrey

jeu.

19

sept.

2019

La dépendance des personnes âgées à domicile : des disparités au sein des départements français

L' enquête nationale « vie quotidienne et santé », publiée en Avril 2019, met en exergue les disparités territoriales en matière de dépendance. Ces dernières sont notamment dues au  contexte socio-économique du territoire, au taux d'équipement en EHPAD et à la possibilité de recourir à l'aide à domicile. 

En outre, l'étude souligne les différents facteurs restreignant les activités des personnes âgées au quotidien.   

 

 

DIFFICULTÉS AFFRONTÉES PAR LES PERSONNES ÂGÉES À DOMICILE

L’enquête VQS expose les difficultés que les personnes âgées à domicile doivent affronter dans la vie quotidienne. Elle répertorie les limitations fonctionnelles et les restrictions dans les activités : 

 

- les limitations fonctionnelles physiques décelant les difficultés de mobilité ;

- les limitations fonctionnelles sensorielles repérant les difficultés de vue ou d’ouïe ;

- les limitations fonctionnelles cognitives identifiant les difficultés de compréhension, de                        concentration ;

- les limitations d’activités générales évaluées par l'indicateur « GALI » (« indicateur de                            limitations d’activités générales »), mettant en lumière la limitation d’un individu dans l'exercice de ses activités. Cette évaluation permettant de classer une personne comme dépendante ou autonome ;

- les restrictions d’activités mesurées par la capacité à accomplir des activités de la                                vie quotidienne, comme « faire sa toilette ».

 

Quand ces données sont relevées, un score est attribué à chaque sénior, allant de 0 à 12. La personnes âgée se voit alors attribuer un groupe VQS du groupe I ( séniors les plus autonomes) au groupe IV ( seniors très dépendants). 

 

L’indicateur GALI fournit un aperçu global des inégalités de perte d’autonomie entre départements. 

 

Les départements rouges foncés illustrent la prédominance des limitations d’activité générales supérieures à 21,7 % (départements du Nord, de l'Est, du centre, du sud de la France et départements d’outre‐mer).

 

La majorité des départements franciliens, des départements de la Bretagne et quelques départements du Sud ont une prévalence inférieure à 18,5%. 

 

Les limitations physiques touchent  majoritairement les départements suivants : Nord de la France, une partie de l’Est,  du centre et de l’outre mer.  Les limitations fonctionnelles sensorielles touchent en majorité le centre de la France. Les limitations fonctionnelles cognitives, quant à elles, atteignent massivement le Sud. 

 

La moyenne au sein des territoires français relative à la prédominance de l’aide à l’entourage est de 41%. La concentration la plus faible se situe à Paris, alors que la plus élevée se trouve à la Réunion. Cette disparité s’explique notamment par une culture de solidarité familiale plus ou moins prononcée selon les départements territoriaux. En outre, certains départements substituent l’aide de l’entourage à une aide professionnelle, à l’instar de la Loire et de la Manche.

 

 

LA PERTE D'AUTONOMIE À DOMICILE TOUCHE LES TERRITOIRES DE MANIÈRE DISPARATE

Les régions de la Bretagne, Pays de La loire, Centre-Val de Loire et Île-de-France sont celles où la perte d’autonomie à domicile est la plus faible. À l’inverse, les personnes âgées vivant dans les départements du Nord-Est,  d’outre-mer et du Sud de la France ont une  prévalence de la perte d’autonomie  la plus élevée. La Guadeloupe détient le triste record de la prévalence la plus élevée (24%). 

 

DES FACTEURS EXPLICATIFS DES CONTRASTES TERRITORIAUX EN TERME DE PERTE D'AUTONOMIE

L’Analyse des Correspondances Multiples (ACM) détermine l’échelle de dépendance d’une population vivant à domicile en fonction des départements.

 

Cette dernière est ici représentée par l’axe 1 du graphique ci-dessous. À droite de l’origine sont placés les départements confrontés à une dépendance à domicile élevée. Les limitations cognitives se situent quant à elles au-dessus de la ligne verticale.

 

Ce graphique souligne une forte corrélation entre le taux de pauvreté des séniors, le niveau d'aide à domicile, l'équipement en EHPA, le ratio des PCS et les limitations auxquelles les séniors sont confrontées, ainsi que leur degré de dépendance. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le tableau ci-dessous met en lumière une corrélation entre la perte d’autonomie élevée et le taux insuffisant d’équipement en EHPAD sur un territoire.  Ce lien peut s’expliquer par une causalité inverse : un désir plus prononcé de la part des personnes âgées dépendantes de rester à domicile aboutirait potentiellement à une offre moindre au sein du département.

 

Le consentement à l’entrée en institution peut-être facilitée par la proximité entre l’EHPAD et le domicile des personnes âgées, permettant de réduire «  la rupture géographique et sociale ». En outre, il est ici mis en lumière la corrélation entre un taux d’équipement élevé et une faible prédominance départementale du GALI ( « indicateur de limitations d’activités générales ») et des limitations physiques. 

 

 

Il est aussi nécéssaire de mettre en évidence la corrélation entre le faible taux de recours à des aidants de l’entourage et la faible prévalence des incapacités à domicile. 

 

Les facteurs de la perte d’autonomie peuvent s’expliquer par le niveau de pauvreté. En effet, les PCS d’anciens ouvriers, employés ou agriculteurs sont davantage touchés par les « incapacités à domicile » en raison de la pénibilité de leur ancien travail.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

. 

CONCLUSION

Les statistiques et tableaux inclus dans cet article peuvent se résumer aux faits suivants. 

Tout d’abord, les régions de l’ouest de la France, de l’ouest francilien et de la région parisienne sont relativement moins confrontés aux « incapacités à domicile ».

 

Enfin, un niveau élevé de dépendance est constaté dans les DOM et certains départements métropolitains, à l’instar de ceux du Nord, Nord-Est et une partie du Sud. 

 

 

mar.

03

sept.

2019

Formation gratuite en ligne sur la prévention des chutes

L’ARS a mis à disposition une formation à distance gratuite, disponible sur internet, relative à la prévention des chutes. Lancée dans le cadre de la campagne « Pare à chute », elle s’adresse aux professionnels, aux aidants, mais aussi aux personnes âgées .

 

Cette formation, réalisée à l’aide de vidéos et de documents, est composée de 25 modules, dont des partages d'expérience.

 

 

 

Les thématiques abordées sont nombreuses, parmi lesquelles :

L'évaluation du risque de chute

Le Professeur François Puisieux, praticien hospitalier au CHU de Lille insiste, dans une  vidéo, sur  le rôle central du médecin traitant.

Le module comprend également une grille d’évaluation du risque de chute, un questionnaire d’évaluation de la personne âgée à domicile, un fichier Excel permettant de recueillir cette évaluation et le référentiel concernant le risque de chute.

La contention

La contention physique, ou chimique, est utilisée parfois par certains établissements pour prévenir le risque de chute. Le module s’efforce donc de lutter contre les idées reçues. Ainsi, les formateurs soulignent que ces 5 assertions sont fausses :

-       Le devoir moral de protéger exige l’utilisation de la contention ;

-       Ne pas utiliser la contention expose l’établissement et les professionnels au risque de poursuites judiciaires ;

-       Cela ne dérange par les personnes âgées d’être contentionnées ;

-       Le manque de personnel justifie le recours à l’usage de la contention ;

-       Il n’y a pas d’autre mesure possible que la contention.

 

Ce module inclut la législation applicable, un document relatif à la contention physique destiné aux patients et à son entourage,  et un rapport de l’ANAES destiné à limiter les risques.

Gestion des risques de chute

Le Pr René Amalberti, Conseiller pour la sécurité des patients à la Haute Autorité de Santé, encourage les professionnels à utiliser les bonnes pratiques de la gestion des risques.

Ce module est complété par un guide et 34 fiches outils aidant à la mise en œuvre de cette méthodologie.

0 commentaires

mar.

16

juil.

2019

Comment stimuler un malade d'Alzheimer ?

Les thérapies non-médicamenteuses ont des effets bénéfiques sur les symptômes dépressifs, la communication, les interactions sociales, l’anxiété et plus largement les troubles du comportement.

La stimulation permet ainsi d’améliorer la qualité de vie du patient et de maintenir son autonomie.

Stimuler le malade d'Alzheimer

La stimulation cognitive

Elle peut prendre différentes formes :

  •  Proposer des moyens de compensation  par des procédés mnémotechniques ;

  •  Stimuler les capacités déficitaires en prenant en compte les compétences de la personne malade ;

  •   Stimuler les capacités préservées pour les maintenir ou les développer.

Il est essentiel de lier la stimulation cognitive avec la vie de tous les jours, car le patient peut ainsi mieux en apprécier les bénéfices et profiter de ses effets quotidien.

 

En se concentrant sur l’atteinte des compétences qui engendrent une gêne dans la vie courante, les fonctions cognitives à développer seront ainsi développées.

 

Par exemple, un travail pourra être proposé autour de la prise de rendez-vous ou encore du calcul de la monnaie à rendre chez l’épicier.

L'activité motrice

L’activité physique, en particulier la marche, a un effet positif ; d’abord sur la prévention des chutes, mais aussi sur le comportement.

La gymnastique douce permet, en outre, le maintien des gestes nécessaires à la réalisation de la vie quotidienne.

Les activités de stimulation des malades d'Alzheimer

Un grand panel d’activités peuvent être proposées au patient, comme les jeux de motricité fine, la cuisine thérapeutique, la gestion de la déambulation, l’aide aux repas…

Il peut s’agir également de la création d'un « cahier-souvenirs » qui peut servir de base aux exercices de remémoration ou tout simplement pour le plaisir et susciter l'échange.

 

Enfin, la stimulation sensorielle pourra être proposée aux personnes présentant une démence avancée et un niveau de dépendance élevé.

 

Pour des fiches d'activités :

0 commentaires

jeu.

22

nov.

2018

Un lien serait établi entre la maladie d'Alzheimer et le virus de l'herpès

Le 8 novembre dernier, le Baylor College of Medicine de Houston au Texas organisait un colloque. Cet évènement, qui avait pour partenaire l’Association Alzheimer de Houston et du sud-est du Texas, avait pour ambition de partager les recherches les plus récentes. Ainsi, un lien aurait été fait entre le virus de l'herpès et la maladie d'Alzheimer. 

 

 

Rappelons que la maladie d’Alzheimer est une pathologie neurodégénérative qui est la sixième cause de décès aux États-Unis. Aujourd’hui 5,7 millions d’Américains sont touchés. Ce nombre pourrait s’élever à 14 millions en 2050. Trouver des pistes pour soigner la maladie est donc un enjeu de santé publique.

 

Les intervenants au colloque ont attiré l’attention sur deux études (voir références en bas de page) parues laissant entrevoir un lien entre le virus de l’herpès et la maladie d’Alzheimer.

 

Dans une première étude, le chercheur Ben Readhead et son équipe ont mis en lumière des taux plus élevés du virus de l’herpès humain 6A (HHV-6A) et 7 (HHV-7) chez les sujets atteints de la maladie. La présence de ces virus affecterait les cellules cérébrales et accélérerait la progression de la pathologie.

 

Les seconds travaux ont démontré que le virus de l’herpès déclencherait une réponse immunitaire en réaction à l’infection. En effet, dans la maladie d’Alzheimer, les acides aminés, appelés peptides bêta-amyloïdes, sont impliqués. Ainsi, en présence de l’agent viral, ils piègent le virus herpès dans l’amyloïde. Cette réaction immunitaire a pour objectif de protéger le cerveau. Ce dernier produit alors une grande quantité d’amyloïdes pour combattre le virus. C’est cette accumulation d’amyloïde entre les neurones qui perturberait la communication et le fonctionnement des cellules.

 

La question qui se pose donc : est-ce que les médicaments antiviraux sont susceptibles de traiter ou de réduire le risque d’Alzheimer ?

 

Melissa Yu, Directrice associée du Centre de la maladie d’Alzheimer et des pathologies de la mémoire, et professeure agrégée de Neurologie à Baylor, tempère l’enthousiasme. Pour elle, il serait précipité de créer un lien entre l’herpès et la maladie d’Alzheimer. Cette corrélation n’étant pas, dit-elle, synonyme de causalité.

  

Néanmoins, le Professeur Yu, pense qu’il convient de se poser une question plus globale. Elle précise ainsi que peut-être lorsqu’un sujet est affecté d’une infection virale et que celle-ci crée une inflammation importante, les antiviraux peuvent avoir une propriété anti-inflammatoire. Elle souligne, toutefois, qu’il n’y a aujourd'hui aucune donnée sur l’effet des antiviraux sur les personnes souffrant de démence.

 

Joseph Kass, Directeur du Centre Alzheimer de Baylor, pense que le traitement de la maladie d’Alzheimer sera sans doute semblable au cancer ou au VIH, nécessitant un cocktail de médicaments pour cibler les différents mécanismes.

 

Le Professeur Kass a conclu l’évènement en spécifiant que, bien que la maladie d’Alzheimer soit profondément douloureuse pour les patients qui se voient privés de leurs souvenirs, et leur famille de leurs proches, les chercheurs continueront à progresser, il y a donc des raisons d’être optimiste.

 

Pour aller plus loin

 

 

 

 

 

mer.

14

mars

2018

Le bilinguisme, un outil pour ralentir l’évolution de la maladie d’Alzheimer

Une étude, menée par la Concordia University de Montréal, analyse les effets de la connaissance d’une seconde langue chez les personnes atteintes d’Alzheimer et d’une déficience cognitive légère.

 

Cette étude portait sur :

  • 34 patients monolingues atteints d’une déficience cognitive légère,
  • 34 patients multilingues atteints d’une déficience cognitive légère,
  • 13 patients monolingues atteints de la maladie d’Alzheimer,
  • 13 patients multilingues atteints de la maladie d’Alzheimer.

 

Natalie Phillips, Professeur au département de psychologie de Concordia University, a mené cette étude. Cette dernière tend à confirmer l’hypothèse selon laquelle les personnes parlant deux langues exercent des régions spécifiques du cerveau.  Cet entraînement, estime-t-elle, augmenterait l’épaisseur corticale et la densité de matière grise.

 

Le Professeur Phillips a utilisé des données issues d’un IRM à haute résolution pour mesurer la densité tissulaire dans certaines régions du cerveau. Ce chercheur s’est concentré sur les parties importantes pour la mémoire qui, habituellement, correspondent aux zones cérébrales touchées par l’atrophie chez les patients atteints d’Alzheimer. L’IRM, précise-t-elle, est plus à même, contrairement à la tomodensitométrie utilisée dans les études précédentes, d’étudier de manière plus fine les zones de contrôle du langage et de la cognition dans les régions frontales du cerveau.

 

Le Professeur Natalie Phillips et son équipe en déduisent  que les personnes multilingues sont capables de compenser la perte tissulaire liée à la maladie d’Alzeimer en accédant à des réseaux alternatifs ou à d'autres régions du cerveau pour le traitement de la mémoire. En bref, le multilinguisme favoriserait la plasticité cérébrale.

 

Et si les Ehpad proposaient l’apprentissage des langues comme animation ?

 

ven.

11

août

2017

Recommandations de bonnes pratiques sur l’accompagnement des personnes atteintes d’une maladie neuro-dégénérative en UHR

L’ANESM a publié deux séries de recommandations qui ont pour ambition de répondre à deux mesures du « Plan Maladies Neuro-dégénératives (PMND) 2014-2019 ».  Ce programme fait suite au Plan Alzheimer 2008-2012, avec toutefois une différence importante car il étend le dispositif aux personnes atteintes de la Maladie de Parkinson et aux personnes atteintes de sclérose en plaques.

 

 

Le PMND se décompose en 4 axes qui définissent les orientations et 96 mesures. Les recommandations publiées par l’ANESM répondent aux mesures 26 et 27 de l’axe 1 : « soigner et accompagner tout au long de la vie et sur l’ensemble du territoire ».

Déploiement des Pôles d’accompagnement et de soins adaptés

La mesure 26 fixe l’objectif de « Poursuivre le déploiement des pôles d’accompagnement et de soins adaptés (PASA) et inscrire cette offre au sein des filières de soins et accompagnement de droit commun ».

Recommandations

Les recommandations s’adressent principalement aux responsables d’EHPAD disposant d’un PASA et à ceux qui envisagent d’en créer un. Elles sont réparties au sein de trois chapitres :

  1. Du projet de PASA à sa mise en place
  2. Organisation des relations entre l’Ehpad et le PASA
  3. Le PASA : une réponse personnalisée et une organisation adaptable dans un environnement adapté

 

Le document comprend en outre 7 annexes :

 

  • Fiche pratique savoir-être et savoir-faire à adapter envers les personnes atteintes de maladie d’Alzheimer ou apparentée
  •  Approches non médicamenteuses
  •  La personne de confiance
  • Comment intégrer le projet spécifique du PASA au projet d’établissement ?
  • Évaluer ses activités et la qualité des prestations délivrées
  • Travaux du secteur « personnes âgées » concernant les EHPAD
  • Conduite des travaux

 

 

L’accent mis sur les activités

L’ANESM souligne qu’une réponse personnalisée doit être apportée :

  • En élaborant un programme d’activités cohérent avec le profil des personnes accueillies ;
  • En définissant pour chaque personne accueillie des groupes d’activités et les principaux objectifs visés ;
  • En établissant un projet individuel d’activités conforme aux envies et au rythme de la personne s’appuyant sur son parcours et son histoire de vie ;
  • En évaluant les réactions des personnes accueillies selon les activités proposées et en retranscrivant les résultats de l’évaluation dans le dossier de la personne ;
  • En ritualisant les activités du PASA autour des moments clés de la journée : arrivée, déjeuner, goûter et départ du PASA ;
  • En entretenant le maintien du lien social des personnes accueillies par l’organisation d’évènement exceptionnels tels que les repas avec des invités extérieurs ;
  • En adaptant régulièrement le programme d’activités en prenant le temps de la réflexion dans le cadre de réunions.

Poursuivre le déploiement des unités d’hébergement renforcée (UHR) en Ehpad

La mesure 27 a pour but de « poursuivre et de renforcer le déploiement des unités d’hébergement renforcé en Ehpad et inscrire cette offre au sein des filières de soins et accompagnement de droit commun. »

 

Les recommandations sont développées au sein de trois chapitres :

  1.  Elaboration du projet d’unité d’hébergement renforcé
  2.  L’organisation du parcours du résident
  3. Une réponse personnalisée au sein d’une organisation adaptable

 

 

Le deuxième chapitre insiste sur l’importance de la coordination entre Ehpad et UHR. C’est ainsi que l'Anesm recommande:

  • L'organisation de réunions d’informations  entre la direction et l’ensemble des personnels (Ehpad et UHR) dans le cadre du suivi du projet d’établissement ;
  • La sollicitation du  personnel de l’Ehpad  pour accompagner les personnes accueillies ;
  • La mutualisation de certaines activités organisées. Dans cette hypothèse, il convient d’organiser des temps d’échange entre les équipes. De manière générale, les échanges entre le personnel de l’Ehpad et de l’UHR doivent être encouragés.

 

 

 

Dans le dernier chapitre, l’Anesm met également l’accent sur les activités. Ainsi, dans le cadre de l’accueil et de l’accompagnement des résidents hébergés, l’institution recommande de proposer des activités collectives ou individuelles conformes au contenu du projet personnalisé du résident. Ce projet devra être réactualisé et adapté en fonction des besoins et du comportement de la personne en lien avec le médecin traitant, sous la responsabilité du médecin coordinateur.

 

 

0 commentaires

lun.

31

juil.

2017

Publication des résultats de l'enquête relative aux résidents en maison de retraite

 La DREES vient de publier les premiers résultats de l'enquête menée sur les 728 000 personnes qui résidaient en Ehpa, à la fin de l'année 2015.

Évolution du nombre de personnes âgées accueillies en établissement

L’enquête souligne l’accroissement du besoin en structures spécialisées destinées aux personnes âgées, comme en témoigne la hausse du nombre de places en Ehpad. En effet, la DREES (Direction de la Recherche, des Études, de l'Évaluation et des Statistiques) dénombrait plus de 585 000 résidents en 2015, en Ehpad, soit une évolution de 7% du nombre de personnes accueillies depuis 2011. Néanmoins, il est à noter que le nombre de places disponibles en Ehpad (6,2 %) croit moins vite que le nombre de personnes accueillies. La question de la nécessité d’accroître les capacités d’accueil des Ehpad se pose donc aujourd’hui. 

 

À contrario, les Ehpa et les logements-foyers accueillent moins de résidents qu’en 2015. En l’espace de quatre ans, les logements-foyers ont fait face à une diminution du taux d’occupation de 0,9%, tout en ayant accru le nombre de places disponibles (0,5 %). En revanche, il convient d’observer à la fois une diminution du nombre de personnes accueillies (- 10,8%) et du nombre de places installées ( -11,2%) en Ehpa. 

 

Les modes d’accueil transitoires - l’hébergement temporaire et l’accueil de jour - sont devenus de plus en plus populaires chez les personnes âgées. En effet, ils donnent la possibilité à l’individu d’être accompagné de manière ponctuelle tout en ayant la possibilité de continuer à vivre à son domicile. En 2015, la DREES comptait 1380 personnes de plus accueillies en centre d’accueil de jour qu’en 2011, soit une augmentation de 4%.

 

Aujourd’hui, les personnes âgées accueillies au sein d’établissements d’hébergement sont de plus en plus âgées. En 2015, la moitié des résidents avaient plus de 87 ans et 5 mois, un an de plus qu’en 2011. Entre 2011 et 2015, la proportion de personnes âgées de 90 ans ou plus en institution est ainsi passée de 29 à 35 %. En outre, il est à noter que les résidents sont majoritairement des femmes (73,6 %), âgées de 75 ans ou plus. Ces dernières sont  plus souvent esseulées que les hommes : seulement 9 % d’entre elles ont un conjoint dans l’établissement contre 25 % pour les hommes.

Accroissement de la dépendance

Il est primordial d’évoquer l’accroissement continu du niveau de dépendance des résidents : 75,8% des résidents âgés de 90 ans ou plus ne se déplacent pas de manière autonome dans l’établissement. En 2015, toutes catégories d’établissement confondues, 83% des résidents étaient en perte d’autonomie au sens de la grille AGGIR, contre 81 % en 2011. Les Ehpad sont bien évidemment les établissements les plus touchés par cette hausse :  leur GMP (GIR moyen pondéré) est ainsi passé de 689 en 2011 à 710 en 2015. La proportion des résidents en GIR 1 à 4 dans les Ehpad était de 91% au 31 décembre 2015.

 

 

Par ailleurs, les personnes âgées entrent en institution à des niveaux de dépendance plus élevés qu’avant : les résidents arrivés en établissement au cours de l’année 2015 sont en moyenne moins autonome qu’en 2011. Cette dépendance se traduit par un pourcentage important de placement sous protection juridique des majeurs : fin 2015, 28% des résidents étaient concernés par cette mesure.

Accroissement des troubles de la cohérence

Outre le niveau de dépendance, la hausse des troubles de cohérence touchant les personnes âgées devient aujourd’hui préoccupante. 89 % des résidents âgés de moins de 70 ans souffraient de troubles de cohérence en 2015, contre 82 % pour les personnes âgées de 80 ans ou plus. On peut en déduire que les troubles de la cohérence est souvent une cause d'entrée précoce en institution pour les moins de 70 ans.

 

En 2015, environ 260 000 résidents étaient atteints d’une maladie neurodégénérative. Pourtant, seulement 47 % d’Ehpad disposaient d’unités spécifiques pour personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer et apparentées. Au total, 63 900 résidents étaient accueillis dans ces unités, soit 10,91 % de la population fréquentant un Ehpad.

Les résidents en établissement d'hébergement

Au cours de l’année 2015, plus de 291 000 personnes ont intégré un établissement d'hébergement. Les entrants sont en moyenne neufs mois plus âgés que ceux arrivés durant l’année 2011. Ce constat souligne non seulement le vieillissement de la population française mais traduit aussi la conséquence des politiques menées par les pouvoirs publics.  

 

Les individus rejoignant ce type d’établissement vivaient pour la plupart à leur domicile (55%), les autres viennent généralement de services de soins de suite et de réadaptation ou d’autres Ehpad.  Au vu de l’accroissement des besoins en termes de nombre de places au sein d’institutions d’hébergement spécifique, le délai d’attente des résidents entre la date de réception du dossier et l’entrée dans l’établissement ne dépasse pas un mois dans 60% des cas. En revanche, le délai d’attente est plus long dans les EHPAD publics non hospitaliers, les EHPAD privés non lucratifs et dans les logements-foyers publics : Le délai d’attente entre la date de réception du dossier et l’entrée dans l’établissement était inférieur ou égal à un mois pour 50 % des résidents entrés en 2015 en logement-foyer.

Les causes de sorties d'établissement d'hébergement

L’âge de sortie de l’établissement, quant à lui, a progressé en l’espace de quatre ans. Àleur sortie, les résidents avaient en moyenne 87 ans et 4 mois, en 2015 et avaient passé deux ans et demi dans l’établissement. Néanmoins, la moitié des sortants ont résidé moins d’un an et deux mois dans ces institutions.

 

Deux sorties sur trois correspondent à un décès. Ces derniers représentent plus de 80% des sorties de l’établissement en USLD et 68% en EHPAD. Les autres sorties correspondent principalement à des transferts vers un autre établissement. En 2015, la DREES comptait plus de 220 000 sorties définitives d’EHPAD, plus de 17 000 de logements-foyers, près de 4000 d‘EHPA et 20 000 d’USLD. 

 

Lorsque les résidents quittent l’établissement pour un motif autre que le décès, c’est en général pour rejoindre leur domicile ou celui d’un proche (46%), ou encore intégrer un autre établissement médico-social ou sanitaire (51 %). Les durées de séjour des individus regagnant leur domicile ou celui d’un proche sont plus courtes (cinq mois) que ceux qui s’orientent par exemple vers un service sanitaire d’un établissement de santé (un an et trois mois).

 

 Au sein de logement-foyer, les décès étant moins fréquents, près de la moitié des sorties se traduisent par des départs volontaires : seules 12% des sorties sont la conséquence d’une résiliation du contrat de séjour dû à l’inadéquation de l’état de santé de l’individu aux possibilités d’accueil de l’établissement. 60% des résidents en logement-foyer, quittant ce dernier pour un tout autre motif autre que celui du décès, se tournent vers un EHPAD.    

Pour aller plus loin : http://drees.solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/er1015.pdf

 

 

Aurélia LE FRAPPER

ven.

17

mars

2017

Publication de l'arrêté fixant le contenu du cahier des charges du CPOM

Cela ne vous a pas échappé, les dispositions de la loi d'adaptation de la société au vieillissement relatives au Contrat Pluriannuel d'Objectifs et de Moyens (CPOM) sont entrées en vigueur depuis le 1er janvier 2017.

 

Désormais, il en est fini de la convention tripartite, place au CPOM et à l'EPRD (État Prévisionnel des Recettes et des Dépenses).

 

En conséquence, si votre convention tripartite arrive à échéance, vous devrez conclure un accord tous les 5 ans . Celui-ci sera signé par le directeur général de l'ARS, le Président du Conseil départemental et l'organisme gestionnaire de l'Ehpad. 

 

Néanmoins, l'arrêté apporte une précision importante. Bien que les CPOM soient censés prendre immédiatement la relève des conventions tripartites,  les pouvoirs publics précisent, dans un souci de pragmatisme, que l'organisme gestionnaire  pourra conclure un avenant à la CTP et prolonger ses effets pour une durée maximale d'un an (Arrêté du 3 mars, art. 1).

 

De même, le texte apporte des précisions et détails intéressants sur les conditions de prorogation du CPOM (Arrêté du 3 mars, art. 2).

 

Néanmoins, le coeur de ce document réglementaire réside dans son annexe comprenant un modèle de CPOM composé de deux parties : d'une part, l'objet du contrat ; et d'autre part, la mise en oeuvre de celui-ci, en s'attardant sur le suivi et l'évaluation, la révision et le règlement des litiges. La convention doit être complétée par des annexes dont il est fait état dans le texte.

 

Enfin, l'arrêté insiste sur la question du "Diagnostic partagé", lequel permettra de définir les moyens et objectifs.

 

Pour en savoir plus, voir l'arrêté du 3 mars 2017, publié au JO du 10 mars.

 

 

mer.

04

janv.

2017

Création d’un Centre National des soins palliatifs et de fin de vie pour une durée de cinq ans

Le décret du 5 janvier 2016 créé un Centre National des soins palliatifs et de fin de vie, auprès du Ministre de la Santé, pour une durée de 5 ans. Cette initiative fait suite au Plan National 2015-2018 pour le développement des soins palliatifs et l’accompagnement de fin de vie.

 

 

Ce centre remplit 3 missions :

 

  •  Il contribue à une meilleure connaissance des conditions de la fin de vie et des soins palliatifs, des pratiques d'accompagnement et de leurs évolutions, ainsi que de l'organisation territoriale de la prise en charge des patients et de leur entourage.

 

  • Il participe au suivi des politiques publiques relatives aux soins palliatifs et à la fin de vie ;

 

  • Il informe le grand public et les professionnels afin de contribuer à la diffusion des connaissances sur la démarche palliative et sur la fin de vie. Le centre doit tout particulièrement promouvoir les dispositifs concernant les directives anticipées et la désignation des personnes de confiance.

 

Le Centre National des soins palliatifs et de fin de vie comprend un président et 18 membres composant le Conseil d’orientation. Ce conseil définit les orientations du Centre et le calendrier des travaux. Il se réunit au moins deux fois par an et élabore un rapport annuel qui doit être transmis au Ministre de la Santé et rendu public.

 

Pour en savoir plus :

 

Décret n° 2016-5 du 5 janvier 2016 portant création du Centre national des soins palliatifs et de la fin de vie

 

Plan National 2015-2018 pour le développement des soins palliatifs et l’accompagnement de la fin de vie

 

 

 

 

 

0 commentaires

mer.

27

juil.

2016

Guide de bonnes pratiques en cas d'attentats pour les ehpad

Le Ministère des Affaires sociales et de la santé a mis en ligne un guide de bonnes pratiques intitulé "Vigilance attentats, les bons réflexes".

Les directeurs d'Ehpad peuvent désormais mettre en place un plan de sécurité permettant de protéger usagers et personnel des établissements.

Pour le télécharger et en savoir plus.

lun.

18

mai

2015

Guide d’accompagnement des aidants familiaux

France Alzheimer publie un nouveau guide en ligne d’accompagnement au profit des aidants de personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer ou de maladies apparentées.


Ce nouveau site repensé pour offrir une navigation plus fluide, permet de mieux comprendre la maladie d’Alzheimer et offre des outils destinés à faciliter l’accompagnement des personnes atteintes de cette pathologie.


Deux parcours sont proposés :


  •  Le premier est conçu en trois étapes : connaître la maladie, comprendre les symptômes et accompagner au quotidien ;
  • Le second est personnalisé. À l’aide de mots-clefs, l’internaute accède directement aux thèmes qui l’intéressent.  


Un espace d’échanges propose une foire aux questions les plus couramment posées : accompagnement au quotidien, le comportement vis-à-vis des malades… En outre, un forum apporte un soutien aux aidants et leur offre l’opportunité d’échanger sur des sujets de préoccupation.


Ce site bénéficie de nombreuses animations : vidéos 3D, quizz de compréhension, fiches de connaissances imprimables …


Pour aller plus loin, rendez-vous sur guide France Alzheimer.

mer.

18

juin

2014

e-aidants : un réseau social d’entraide pour les aidants

e-aidants
e-aidants

Il fallait y penser, la start-up Dynseo, l’a fait ! Être aidant, en dépit de l’amour que l’on porte à son proche malade, est une lourde tâche. La jeune société l’a compris en lançant e-aidants, un site web doublé d’une application.

 

L’idée : rapprocher les aidants en favorisant l’entraide matérielle et psychologique. Pour ce faire, rien de plus simple,  il suffit de lancer une alerte à la communauté pour la mise à disposition de matériel, pour demander la présence à domicile chez un aidé,  dans les domaines de la vie quotidienne ou de la santé. Grâce au service de géolocalisation et à la messagerie instantanée, les plus proches géographiquement, seront à même de répondre directement.  L’aidant pourra opérer son choix grâce à la signalétique qui permet d’identifier les personnes les plus recommandées. Vous l’aurez compris, pour que ce service fonctionne, il est nécessaire d’agréger un nombre significatif de membres. L’accord conclu par Dyseo avec Aidant attitude devrait leur permettre d’atteindre rapidement le seuil critique.

 

Pour devenir membre, il suffit de se rendre sur la page du site e-aidants et de s'inscrire. Le service est entièrement gratuit. Il en va de même de l’application Android (Samsung) aujourd’hui disponible. Quant à l’appli iOS (iPhone), elle devrait être bientôt disponible.

4 commentaires

dim.

19

janv.

2014

Rapport sur l’activité sportive des sujets âgés

Livre "Ateliers activités physiques", éditions phalente
Livre "Ateliers activités physiques", éditions phalente

La pratique d’une activité physique pour lutter contre les dangers de la sédentarité constitue un enjeu de santé publique. C’est ainsi qu’un rapport a été remis au Ministre déléguée des personnes âgées et à l’autonomie, Michelle Delaunay. Ce document, intitulé « Dispositif d’activités physiques et sportives en direction des âgés », a été réalisé par un groupe de travail, placé sous la présidence du docteur Daniel Rivière. Les mesures prises diffèrent en fonction de l'état de dépendance de la population cible, qui est divisée en 3 groupes :

 

* Groupe 1 : Les séniors sans problème de santé

 

* Groupe 2 : Les séniors à risques identifiés (fragiles ou fragilisés)

 

* Groupe 3 : Les séniors dépendants

 

Le groupe de travail apporte des réponses pratiques à 8 mesures qu’il recommande de prendre :

 

1. Rendre accessible l’information concernant les bienfaits de l’activité physique sur la santé.

 

2. Promouvoir les activités physiques qui s’inscrivent au quotidien dans les espaces et temps de déplacement et dans les activités de la vie de tous les jours.

 

3. Promouvoir la pratique d’une activité physique ou sportive sur le lieu de travail.

 

4. Promouvoir les offres d’activités physiques et sportives encadrées tenant compte de l’hétérogénéité du public de plus de 50 ans et visant à inciter ces personnes à pratiquer une APS régulière.

 

5. Promouvoir et développer les activités physiques et sportives pour les personnes atteintes de maladies chroniques.

 

6. Développer et généraliser l’offre d’activités physiques et sportives dans les foyers, EHPA ou EHPAD.

 

7. Optimiser les programmes visant à prévenir les chutes et mettre en place une stratégie nationale bien identifiée.

 

8. Développer les programmes de recherche sur l’activité physique et la personne avançant en âge.

 

Rapport « Dispositif d’activités physiques et sportives en direction des âgés »

 

Pour aller plus loin : « Ateliers d’activités physiques », Collection Ateliers animations séniors, Delphine Dandois, Ergothérapeute

 

dim.

08

déc.

2013

Personnes âgées en risque de perte d’autonomie et transmission d’informations

La loi de financement de la sécurité sociale n° 2012-1404 du 17 décembre 2012 prévoit que des expérimentations peuvent être menées, à compter du 1er janvier 2013 et pour une durée n'excédant pas cinq ans, dans le cadre de projets pilotes mettant en œuvre de nouveaux modes d'organisation des soins destinés à optimiser le parcours de santé des personnes âgées en risque de perte d'autonomie.

 

C’est dans ce cadre qu’a été pris le décret d’application n° 2013-1309 du 2 décembre 2013. Ce texte  prévoit que les informations strictement nécessaires à la prise en charge d'une personne âgée en risque de perte d'autonomie peuvent être transmises, par les personnels soignants et les professionnels chargés de son accompagnement social, aux professionnels ou organismes qui participent à cette prise en charge ou en assurent le suivi.

Les professionnels susceptibles de bénéficier d’une transmission d’information

Il s’agit en l’espèce de :

  • Professionnels de santé composant la coordination clinique de proximité : le médecin traitant de la personne, les infirmiers, les auxiliaires médicaux (au sens du livre III de la 4e partie du code de la santé publique), le pharmacien et de tout autre profession médicale impliquée dans la prise en charge du patient ;
  • Professionnels et organismes chargés de la coordination territoriale d'appui désignés par le directeur général de l'ARS en vue de mettre en cohérence les approches sanitaires, médico-sociales et sociales sur le territoire pilote défini par arrêté du ministre en charge de la santé ;
  • Equipes de soins des établissements de santé et les professionnels de santé des établissements sociaux et médico-sociaux ;
  • Professionnels et organismes des services de soins, d'aide et d'accompagnement à domicile ;
  • Assistants de service social.

 

Recueil du consentement de la personne âgée

La personne âgée doit avoir été informée préalablement. C'est seulement après que le consentement exprès et éclairé peut être recueilli. Si la personne concernée n'est pas en état de le formuler, c’est au représentant légal ou à la personne de confiance de donner leur accord.

 

Ce consentement porte sur :

  • La liste nominative des professionnels de santé membres de la coordination clinique de proximité ;
  • La liste nominative des professionnels et organismes chargés de la coordination territoriale d'appui et des assistants de service social ;
  • La liste nominative des professionnels et organismes apportant des services de soins, d'aide et d'accompagnement à domicile ;
  • La nature des informations dont la personne autorise la transmission à un ou plusieurs professionnels ou organismes participant à sa prise en charge ou son suivi ;
  •  L'hébergement des données de santé à caractère personnel auprès d'un hébergeur de données agréé.

La personne peut toutefois, à tout moment, mettre un terme à l’accord de transmission des informations.

 

Nature des informations transmises

Les professionnels de santé peuvent échanger des informations relatives à la santé, la situation sociale ou l'autonomie de cette personne, dès lors qu'elles sont strictement nécessaires pour déterminer la meilleure prise en charge possible.

 

Les coordinateurs territoriaux d'appui et les assistants de service social peuvent être destinataires des données suivantes :

 

  •  Les noms et coordonnées des professionnels membres de la coordination clinique de proximité en charge du suivi sanitaire de la personne âgée en risque de perte d'autonomie ;
  • Les besoins de la personne, tels que recensés par les membres de la coordination clinique de proximité et de la coordination territoriale d'appui, ainsi que les informations relatives à une éducation thérapeutique, aux prestations médicales et paramédicales complémentaires, à une expertise gériatrique, à une expertise psychiatrique et aux soins palliatifs ;
  •  Les dates, durée et modalités des hospitalisations de la personne concernée durant la période du projet pilote ;
  • Les caractéristiques sociales de cette personne : nom de famille, prénoms, nom d'usage, date et lieu de naissance, adresse, situation familiale, profession antérieure de la personne et de son conjoint, informations relatives à la protection sociale, aux prestations acquises et celles en cours de demande, informations relatives au logement, à l'accessibilité de l'environnement et au cadre de vie, identité et coordonnées de la personne de confiance lorsqu'une désignation a été formalisée ou du représentant légal ou de la personne âgée en risque de perte d'autonomie lorsque celle-ci est sous un régime de protection juridique, identité et coordonnées de son entourage.

 

Enfin, il est à noter que dans le cadre des projets pilotes, les professionnels des services de soins, d'aide et d'accompagnement à domicile peuvent être destinataires d'informations figurant dans la grille Aggir et de renseignements relatifs à l'hygiène de vie, aux habitudes alimentaires ou à l'environnement de vie de la personne.

 

jeu.

31

oct.

2013

Maladie d'Alzheimer : un guide en ligne pour les aidants

France Alzheimer a mis en ligne un guide gratuit pour comprendre les spécificités de la maladie et faciliter l'accompagnement. Cette mini-formation est composée de deux modules : connaître la maladie et accompagner au quotidien.

Connaître la maladie

A l'aide de courtes vidéos, la première partie propose un tour d'horizon de la maladie, en essayant d'apporter une réponse aux questions les plus fréquentes. Chacune des séquences aborde les causes, la prévention et l'évolution de la maladie.

Accompagner au quotidien

Ce module présente les activités de la vie quotidienne et les difficultés que peuvent rencontrer les personnes. La formation vise à inciter l'aidant à faire participer le malade aux tâches, à le rendre acteur de sa vie, en privilégiant le faire avec, plutôt que le faire à la place.

 

L'apprenant choisit une thématique en se dirigeant dans une maison représentée en 3D. L'objectif est d'expliquer ce qui affecte la personne et de décomposer les séquences d'une activité, car les personnes atteintes de la maladie perdent les automatismes. L'aidant pourra ainsi mieux comprendre les perceptions du proche atteint de cette pathologie et l'accompagner plus sereinement.

 

Découvrir le guide d'accompagnement des aidants familiaux.

 

 

 

2 commentaires

dim.

27

oct.

2013

Résultat de l'enquête bientraitance des résidents des MAS et des FAM

L'Anesm a mené une enquête auprès des Maisons d’accueils spécialisées et des foyers d’accueil médicalisé, afin de procéder à un état des lieux des pratiques de bientraitance au niveau national. Au total, 1095 structures ont complété spontanément le questionnaire les invitant à auto-évaluer leurs pratiques professionnelles durant l’année 2012.

Accueil et évaluation