ven.

11

août

2017

Recommandations de bonnes pratiques sur l’accompagnement des personnes atteintes d’une maladie neuro-dégénérative en UHR

L’ANESM a publié deux séries de recommandations qui ont pour ambition de répondre à deux mesures du « Plan Maladies Neuro-dégénératives (PMND) 2014-2019 ».  Ce programme fait suite au Plan Alzheimer 2008-2012, avec toutefois une différence importante car il étend le dispositif aux personnes atteintes de la Maladie de Parkinson et aux personnes atteintes de sclérose en plaques.

 

 

Le PMND se décompose en 4 axes qui définissent les orientations et 96 mesures. Les recommandations publiées par l’ANESM répondent aux mesures 26 et 27 de l’axe 1 : « soigner et accompagner tout au long de la vie et sur l’ensemble du territoire ».

Déploiement des Pôles d’accompagnement et de soins adaptés

La mesure 26 fixe l’objectif de « Poursuivre le déploiement des pôles d’accompagnement et de soins adaptés (PASA) et inscrire cette offre au sein des filières de soins et accompagnement de droit commun ».

Recommandations

Les recommandations s’adressent principalement aux responsables d’EHPAD disposant d’un PASA et à ceux qui envisagent d’en créer un. Elles sont réparties au sein de trois chapitres :

  1. Du projet de PASA à sa mise en place
  2. Organisation des relations entre l’Ehpad et le PASA
  3. Le PASA : une réponse personnalisée et une organisation adaptable dans un environnement adapté

 

Le document comprend en outre 7 annexes :

 

  • Fiche pratique savoir-être et savoir-faire à adapter envers les personnes atteintes de maladie d’Alzheimer ou apparentée
  •  Approches non médicamenteuses
  •  La personne de confiance
  • Comment intégrer le projet spécifique du PASA au projet d’établissement ?
  • Évaluer ses activités et la qualité des prestations délivrées
  • Travaux du secteur « personnes âgées » concernant les EHPAD
  • Conduite des travaux

 

 

L’accent mis sur les activités

L’ANESM souligne qu’une réponse personnalisée doit être apportée :

  • En élaborant un programme d’activités cohérent avec le profil des personnes accueillies ;
  • En définissant pour chaque personne accueillie des groupes d’activités et les principaux objectifs visés ;
  • En établissant un projet individuel d’activités conforme aux envies et au rythme de la personne s’appuyant sur son parcours et son histoire de vie ;
  • En évaluant les réactions des personnes accueillies selon les activités proposées et en retranscrivant les résultats de l’évaluation dans le dossier de la personne ;
  • En ritualisant les activités du PASA autour des moments clés de la journée : arrivée, déjeuner, goûter et départ du PASA ;
  • En entretenant le maintien du lien social des personnes accueillies par l’organisation d’évènement exceptionnels tels que les repas avec des invités extérieurs ;
  • En adaptant régulièrement le programme d’activités en prenant le temps de la réflexion dans le cadre de réunions.

Poursuivre le déploiement des unités d’hébergement renforcée (UHR) en Ehpad

La mesure 27 a pour but de « poursuivre et de renforcer le déploiement des unités d’hébergement renforcé en Ehpad et inscrire cette offre au sein des filières de soins et accompagnement de droit commun. »

 

Les recommandations sont développées au sein de trois chapitres :

  1.  Elaboration du projet d’unité d’hébergement renforcé
  2.  L’organisation du parcours du résident
  3. Une réponse personnalisée au sein d’une organisation adaptable

 

 

Le deuxième chapitre insiste sur l’importance de la coordination entre Ehpad et UHR. C’est ainsi que l'Anesm recommande:

  • L'organisation de réunions d’informations  entre la direction et l’ensemble des personnels (Ehpad et UHR) dans le cadre du suivi du projet d’établissement ;
  • La sollicitation du  personnel de l’Ehpad  pour accompagner les personnes accueillies ;
  • La mutualisation de certaines activités organisées. Dans cette hypothèse, il convient d’organiser des temps d’échange entre les équipes. De manière générale, les échanges entre le personnel de l’Ehpad et de l’UHR doivent être encouragés.

 

 

 

Dans le dernier chapitre, l’Anesm met également l’accent sur les activités. Ainsi, dans le cadre de l’accueil et de l’accompagnement des résidents hébergés, l’institution recommande de proposer des activités collectives ou individuelles conformes au contenu du projet personnalisé du résident. Ce projet devra être réactualisé et adapté en fonction des besoins et du comportement de la personne en lien avec le médecin traitant, sous la responsabilité du médecin coordinateur.

 

 

0 commentaires

lun.

31

juil.

2017

Publication des résultats de l'enquête relative aux résidents en maison de retraite

 La DREES vient de publier les premiers résultats de l'enquête menée sur les 728 000 personnes qui résidaient en Ehpa, à la fin de l'année 2015.

Évolution du nombre de personnes âgées accueillies en établissement

L’enquête souligne l’accroissement du besoin en structures spécialisées destinées aux personnes âgées, comme en témoigne la hausse du nombre de places en Ehpad. En effet, la DREES (Direction de la Recherche, des Études, de l'Évaluation et des Statistiques) dénombrait plus de 585 000 résidents en 2015, en Ehpad, soit une évolution de 7% du nombre de personnes accueillies depuis 2011. Néanmoins, il est à noter que le nombre de places disponibles en Ehpad (6,2 %) croit moins vite que le nombre de personnes accueillies. La question de la nécessité d’accroître les capacités d’accueil des Ehpad se pose donc aujourd’hui. 

 

À contrario, les Ehpa et les logements-foyers accueillent moins de résidents qu’en 2015. En l’espace de quatre ans, les logements-foyers ont fait face à une diminution du taux d’occupation de 0,9%, tout en ayant accru le nombre de places disponibles (0,5 %). En revanche, il convient d’observer à la fois une diminution du nombre de personnes accueillies (- 10,8%) et du nombre de places installées ( -11,2%) en Ehpa. 

 

Les modes d’accueil transitoires - l’hébergement temporaire et l’accueil de jour - sont devenus de plus en plus populaires chez les personnes âgées. En effet, ils donnent la possibilité à l’individu d’être accompagné de manière ponctuelle tout en ayant la possibilité de continuer à vivre à son domicile. En 2015, la DREES comptait 1380 personnes de plus accueillies en centre d’accueil de jour qu’en 2011, soit une augmentation de 4%.

 

Aujourd’hui, les personnes âgées accueillies au sein d’établissements d’hébergement sont de plus en plus âgées. En 2015, la moitié des résidents avaient plus de 87 ans et 5 mois, un an de plus qu’en 2011. Entre 2011 et 2015, la proportion de personnes âgées de 90 ans ou plus en institution est ainsi passée de 29 à 35 %. En outre, il est à noter que les résidents sont majoritairement des femmes (73,6 %), âgées de 75 ans ou plus. Ces dernières sont  plus souvent esseulées que les hommes : seulement 9 % d’entre elles ont un conjoint dans l’établissement contre 25 % pour les hommes.

Accroissement de la dépendance

Il est primordial d’évoquer l’accroissement continu du niveau de dépendance des résidents : 75,8% des résidents âgés de 90 ans ou plus ne se déplacent pas de manière autonome dans l’établissement. En 2015, toutes catégories d’établissement confondues, 83% des résidents étaient en perte d’autonomie au sens de la grille AGGIR, contre 81 % en 2011. Les Ehpad sont bien évidemment les établissements les plus touchés par cette hausse :  leur GMP (GIR moyen pondéré) est ainsi passé de 689 en 2011 à 710 en 2015. La proportion des résidents en GIR 1 à 4 dans les Ehpad était de 91% au 31 décembre 2015.

 

 

Par ailleurs, les personnes âgées entrent en institution à des niveaux de dépendance plus élevés qu’avant : les résidents arrivés en établissement au cours de l’année 2015 sont en moyenne moins autonome qu’en 2011. Cette dépendance se traduit par un pourcentage important de placement sous protection juridique des majeurs : fin 2015, 28% des résidents étaient concernés par cette mesure.

Accroissement des troubles de la cohérence

Outre le niveau de dépendance, la hausse des troubles de cohérence touchant les personnes âgées devient aujourd’hui préoccupante. 89 % des résidents âgés de moins de 70 ans souffraient de troubles de cohérence en 2015, contre 82 % pour les personnes âgées de 80 ans ou plus. On peut en déduire que les troubles de la cohérence est souvent une cause d'entrée précoce en institution pour les moins de 70 ans.

 

En 2015, environ 260 000 résidents étaient atteints d’une maladie neurodégénérative. Pourtant, seulement 47 % d’Ehpad disposaient d’unités spécifiques pour personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer et apparentées. Au total, 63 900 résidents étaient accueillis dans ces unités, soit 10,91 % de la population fréquentant un Ehpad.

Les résidents en établissement d'hébergement

Au cours de l’année 2015, plus de 291 000 personnes ont intégré un établissement d'hébergement. Les entrants sont en moyenne neufs mois plus âgés que ceux arrivés durant l’année 2011. Ce constat souligne non seulement le vieillissement de la population française mais traduit aussi la conséquence des politiques menées par les pouvoirs publics.  

 

Les individus rejoignant ce type d’établissement vivaient pour la plupart à leur domicile (55%), les autres viennent généralement de services de soins de suite et de réadaptation ou d’autres Ehpad.  Au vu de l’accroissement des besoins en termes de nombre de places au sein d’institutions d’hébergement spécifique, le délai d’attente des résidents entre la date de réception du dossier et l’entrée dans l’établissement ne dépasse pas un mois dans 60% des cas. En revanche, le délai d’attente est plus long dans les EHPAD publics non hospitaliers, les EHPAD privés non lucratifs et dans les logements-foyers publics : Le délai d’attente entre la date de réception du dossier et l’entrée dans l’établissement était inférieur ou égal à un mois pour 50 % des résidents entrés en 2015 en logement-foyer.

Les causes de sorties d'établissement d'hébergement

L’âge de sortie de l’établissement, quant à lui, a progressé en l’espace de quatre ans. Àleur sortie, les résidents avaient en moyenne 87 ans et 4 mois, en 2015 et avaient passé deux ans et demi dans l’établissement. Néanmoins, la moitié des sortants ont résidé moins d’un an et deux mois dans ces institutions.

 

Deux sorties sur trois correspondent à un décès. Ces derniers représentent plus de 80% des sorties de l’établissement en USLD et 68% en EHPAD. Les autres sorties correspondent principalement à des transferts vers un autre établissement. En 2015, la DREES comptait plus de 220 000 sorties définitives d’EHPAD, plus de 17 000 de logements-foyers, près de 4000 d‘EHPA et 20 000 d’USLD. 

 

Lorsque les résidents quittent l’établissement pour un motif autre que le décès, c’est en général pour rejoindre leur domicile ou celui d’un proche (46%), ou encore intégrer un autre établissement médico-social ou sanitaire (51 %). Les durées de séjour des individus regagnant leur domicile ou celui d’un proche sont plus courtes (cinq mois) que ceux qui s’orientent par exemple vers un service sanitaire d’un établissement de santé (un an et trois mois).

 

 Au sein de logement-foyer, les décès étant moins fréquents, près de la moitié des sorties se traduisent par des départs volontaires : seules 12% des sorties sont la conséquence d’une résiliation du contrat de séjour dû à l’inadéquation de l’état de santé de l’individu aux possibilités d’accueil de l’établissement. 60% des résidents en logement-foyer, quittant ce dernier pour un tout autre motif autre que celui du décès, se tournent vers un EHPAD.    

Pour aller plus loin : http://drees.solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/er1015.pdf

 

 

Aurélia LE FRAPPER

ven.

17

mars

2017

Publication de l'arrêté fixant le contenu du cahier des charges du CPOM

Cela ne vous a pas échappé, les dispositions de la loi d'adaptation de la société au vieillissement relatives au Contrat Pluriannuel d'Objectifs et de Moyens (CPOM) sont entrées en vigueur depuis le 1er janvier 2017.

 

Désormais, il en est fini de la convention tripartite, place au CPOM et à l'EPRD (État Prévisionnel des Recettes et des Dépenses).

 

En conséquence, si votre convention tripartite arrive à échéance, vous devrez conclure un accord tous les 5 ans . Celui-ci sera signé par le directeur général de l'ARS, le Président du Conseil départemental et l'organisme gestionnaire de l'Ehpad. 

 

Néanmoins, l'arrêté apporte une précision importante. Bien que les CPOM soient censés prendre immédiatement la relève des conventions tripartites,  les pouvoirs publics précisent, dans un souci de pragmatisme, que l'organisme gestionnaire  pourra conclure un avenant à la CTP et prolonger ses effets pour une durée maximale d'un an (Arrêté du 3 mars, art. 1).

 

De même, le texte apporte des précisions et détails intéressants sur les conditions de prorogation du CPOM (Arrêté du 3 mars, art. 2).

 

Néanmoins, le coeur de ce document réglementaire réside dans son annexe comprenant un modèle de CPOM composé de deux parties : d'une part, l'objet du contrat ; et d'autre part, la mise en oeuvre de celui-ci, en s'attardant sur le suivi et l'évaluation, la révision et le règlement des litiges. La convention doit être complétée par des annexes dont il est fait état dans le texte.

 

Enfin, l'arrêté insiste sur la question du "Diagnostic partagé", lequel permettra de définir les moyens et objectifs.

 

Pour en savoir plus, voir l'arrêté du 3 mars 2017, publié au JO du 10 mars.

 

 

mer.

04

janv.

2017

Création d’un Centre National des soins palliatifs et de fin de vie pour une durée de cinq ans

Le décret du 5 janvier 2016 créé un Centre National des soins palliatifs et de fin de vie, auprès du Ministre de la Santé, pour une durée de 5 ans. Cette initiative fait suite au Plan National 2015-2018 pour le développement des soins palliatifs et l’accompagnement de fin de vie.

 

 

Ce centre remplit 3 missions :

 

  •  Il contribue à une meilleure connaissance des conditions de la fin de vie et des soins palliatifs, des pratiques d'accompagnement et de leurs évolutions, ainsi que de l'organisation territoriale de la prise en charge des patients et de leur entourage.

 

  • Il participe au suivi des politiques publiques relatives aux soins palliatifs et à la fin de vie ;

 

  • Il informe le grand public et les professionnels afin de contribuer à la diffusion des connaissances sur la démarche palliative et sur la fin de vie. Le centre doit tout particulièrement promouvoir les dispositifs concernant les directives anticipées et la désignation des personnes de confiance.

 

Le Centre National des soins palliatifs et de fin de vie comprend un président et 18 membres composant le Conseil d’orientation. Ce conseil définit les orientations du Centre et le calendrier des travaux. Il se réunit au moins deux fois par an et élabore un rapport annuel qui doit être transmis au Ministre de la Santé et rendu public.

 

Pour en savoir plus :

 

Décret n° 2016-5 du 5 janvier 2016 portant création du Centre national des soins palliatifs et de la fin de vie

 

Plan National 2015-2018 pour le développement des soins palliatifs et l’accompagnement de la fin de vie

 

 

 

 

 

0 commentaires

mer.

27

juil.

2016

Guide de bonnes pratiques en cas d'attentats pour les ehpad

Le Ministère des Affaires sociales et de la santé a mis en ligne un guide de bonnes pratiques intitulé "Vigilance attentats, les bons réflexes".

Les directeurs d'Ehpad peuvent désormais mettre en place un plan de sécurité permettant de protéger usagers et personnel des établissements.

Pour le télécharger et en savoir plus.

lun.

18

mai

2015

Guide d’accompagnement des aidants familiaux

France Alzheimer publie un nouveau guide en ligne d’accompagnement au profit des aidants de personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer ou de maladies apparentées.


Ce nouveau site repensé pour offrir une navigation plus fluide, permet de mieux comprendre la maladie d’Alzheimer et offre des outils destinés à faciliter l’accompagnement des personnes atteintes de cette pathologie.


Deux parcours sont proposés :


  •  Le premier est conçu en trois étapes : connaître la maladie, comprendre les symptômes et accompagner au quotidien ;
  • Le second est personnalisé. À l’aide de mots-clefs, l’internaute accède directement aux thèmes qui l’intéressent.  


Un espace d’échanges propose une foire aux questions les plus couramment posées : accompagnement au quotidien, le comportement vis-à-vis des malades… En outre, un forum apporte un soutien aux aidants et leur offre l’opportunité d’échanger sur des sujets de préoccupation.


Ce site bénéficie de nombreuses animations : vidéos 3D, quizz de compréhension, fiches de connaissances imprimables …


Pour aller plus loin, rendez-vous sur guide France Alzheimer.

mer.

18

juin

2014

e-aidants : un réseau social d’entraide pour les aidants

e-aidants
e-aidants

Il fallait y penser, la start-up Dynseo, l’a fait ! Être aidant, en dépit de l’amour que l’on porte à son proche malade, est une lourde tâche. La jeune société l’a compris en lançant e-aidants, un site web doublé d’une application.

 

L’idée : rapprocher les aidants en favorisant l’entraide matérielle et psychologique. Pour ce faire, rien de plus simple,  il suffit de lancer une alerte à la communauté pour la mise à disposition de matériel, pour demander la présence à domicile chez un aidé,  dans les domaines de la vie quotidienne ou de la santé. Grâce au service de géolocalisation et à la messagerie instantanée, les plus proches géographiquement, seront à même de répondre directement.  L’aidant pourra opérer son choix grâce à la signalétique qui permet d’identifier les personnes les plus recommandées. Vous l’aurez compris, pour que ce service fonctionne, il est nécessaire d’agréger un nombre significatif de membres. L’accord conclu par Dyseo avec Aidant attitude devrait leur permettre d’atteindre rapidement le seuil critique.

 

Pour devenir membre, il suffit de se rendre sur la page du site e-aidants et de s'inscrire. Le service est entièrement gratuit. Il en va de même de l’application Android (Samsung) aujourd’hui disponible. Quant à l’appli iOS (iPhone), elle devrait être bientôt disponible.

4 commentaires

dim.

19

janv.

2014

Rapport sur l’activité sportive des sujets âgés

Livre "Ateliers activités physiques", éditions phalente
Livre "Ateliers activités physiques", éditions phalente

La pratique d’une activité physique pour lutter contre les dangers de la sédentarité constitue un enjeu de santé publique. C’est ainsi qu’un rapport a été remis au Ministre déléguée des personnes âgées et à l’autonomie, Michelle Delaunay. Ce document, intitulé « Dispositif d’activités physiques et sportives en direction des âgés », a été réalisé par un groupe de travail, placé sous la présidence du docteur Daniel Rivière. Les mesures prises diffèrent en fonction de l'état de dépendance de la population cible, qui est divisée en 3 groupes :

 

* Groupe 1 : Les séniors sans problème de santé

 

* Groupe 2 : Les séniors à risques identifiés (fragiles ou fragilisés)

 

* Groupe 3 : Les séniors dépendants

 

Le groupe de travail apporte des réponses pratiques à 8 mesures qu’il recommande de prendre :

 

1. Rendre accessible l’information concernant les bienfaits de l’activité physique sur la santé.

 

2. Promouvoir les activités physiques qui s’inscrivent au quotidien dans les espaces et temps de déplacement et dans les activités de la vie de tous les jours.

 

3. Promouvoir la pratique d’une activité physique ou sportive sur le lieu de travail.

 

4. Promouvoir les offres d’activités physiques et sportives encadrées tenant compte de l’hétérogénéité du public de plus de 50 ans et visant à inciter ces personnes à pratiquer une APS régulière.

 

5. Promouvoir et développer les activités physiques et sportives pour les personnes atteintes de maladies chroniques.

 

6. Développer et généraliser l’offre d’activités physiques et sportives dans les foyers, EHPA ou EHPAD.

 

7. Optimiser les programmes visant à prévenir les chutes et mettre en place une stratégie nationale bien identifiée.

 

8. Développer les programmes de recherche sur l’activité physique et la personne avançant en âge.

 

Rapport « Dispositif d’activités physiques et sportives en direction des âgés »

 

Pour aller plus loin : « Ateliers d’activités physiques », Collection Ateliers animations séniors, Delphine Dandois, Ergothérapeute

 

dim.

08

déc.

2013

Personnes âgées en risque de perte d’autonomie et transmission d’informations

La loi de financement de la sécurité sociale n° 2012-1404 du 17 décembre 2012 prévoit que des expérimentations peuvent être menées, à compter du 1er janvier 2013 et pour une durée n'excédant pas cinq ans, dans le cadre de projets pilotes mettant en œuvre de nouveaux modes d'organisation des soins destinés à optimiser le parcours de santé des personnes âgées en risque de perte d'autonomie.

 

C’est dans ce cadre qu’a été pris le décret d’application n° 2013-1309 du 2 décembre 2013. Ce texte  prévoit que les informations strictement nécessaires à la prise en charge d'une personne âgée en risque de perte d'autonomie peuvent être transmises, par les personnels soignants et les professionnels chargés de son accompagnement social, aux professionnels ou organismes qui participent à cette prise en charge ou en assurent le suivi.

Les professionnels susceptibles de bénéficier d’une transmission d’information

Il s’agit en l’espèce de :

  • Professionnels de santé composant la coordination clinique de proximité : le médecin traitant de la personne, les infirmiers, les auxiliaires médicaux (au sens du livre III de la 4e partie du code de la santé publique), le pharmacien et de tout autre profession médicale impliquée dans la prise en charge du patient ;
  • Professionnels et organismes chargés de la coordination territoriale d'appui désignés par le directeur général de l'ARS en vue de mettre en cohérence les approches sanitaires, médico-sociales et sociales sur le territoire pilote défini par arrêté du ministre en charge de la santé ;
  • Equipes de soins des établissements de santé et les professionnels de santé des établissements sociaux et médico-sociaux ;
  • Professionnels et organismes des services de soins, d'aide et d'accompagnement à domicile ;
  • Assistants de service social.

 

Recueil du consentement de la personne âgée

La personne âgée doit avoir été informée préalablement. C'est seulement après que le consentement exprès et éclairé peut être recueilli. Si la personne concernée n'est pas en état de le formuler, c’est au représentant légal ou à la personne de confiance de donner leur accord.

 

Ce consentement porte sur :

  • La liste nominative des professionnels de santé membres de la coordination clinique de proximité ;
  • La liste nominative des professionnels et organismes chargés de la coordination territoriale d'appui et des assistants de service social ;
  • La liste nominative des professionnels et organismes apportant des services de soins, d'aide et d'accompagnement à domicile ;
  • La nature des informations dont la personne autorise la transmission à un ou plusieurs professionnels ou organismes participant à sa prise en charge ou son suivi ;
  •  L'hébergement des données de santé à caractère personnel auprès d'un hébergeur de données agréé.

La personne peut toutefois, à tout moment, mettre un terme à l’accord de transmission des informations.

 

Nature des informations transmises

Les professionnels de santé peuvent échanger des informations relatives à la santé, la situation sociale ou l'autonomie de cette personne, dès lors qu'elles sont strictement nécessaires pour déterminer la meilleure prise en charge possible.

 

Les coordinateurs territoriaux d'appui et les assistants de service social peuvent être destinataires des données suivantes :

 

  •  Les noms et coordonnées des professionnels membres de la coordination clinique de proximité en charge du suivi sanitaire de la personne âgée en risque de perte d'autonomie ;
  • Les besoins de la personne, tels que recensés par les membres de la coordination clinique de proximité et de la coordination territoriale d'appui, ainsi que les informations relatives à une éducation thérapeutique, aux prestations médicales et paramédicales complémentaires, à une expertise gériatrique, à une expertise psychiatrique et aux soins palliatifs ;
  •  Les dates, durée et modalités des hospitalisations de la personne concernée durant la période du projet pilote ;
  • Les caractéristiques sociales de cette personne : nom de famille, prénoms, nom d'usage, date et lieu de naissance, adresse, situation familiale, profession antérieure de la personne et de son conjoint, informations relatives à la protection sociale, aux prestations acquises et celles en cours de demande, informations relatives au logement, à l'accessibilité de l'environnement et au cadre de vie, identité et coordonnées de la personne de confiance lorsqu'une désignation a été formalisée ou du représentant légal ou de la personne âgée en risque de perte d'autonomie lorsque celle-ci est sous un régime de protection juridique, identité et coordonnées de son entourage.

 

Enfin, il est à noter que dans le cadre des projets pilotes, les professionnels des services de soins, d'aide et d'accompagnement à domicile peuvent être destinataires d'informations figurant dans la grille Aggir et de renseignements relatifs à l'hygiène de vie, aux habitudes alimentaires ou à l'environnement de vie de la personne.

 

jeu.

31

oct.

2013

Maladie d'Alzheimer : un guide en ligne pour les aidants

France Alzheimer a mis en ligne un guide gratuit pour comprendre les spécificités de la maladie et faciliter l'accompagnement. Cette mini-formation est composée de deux modules : connaître la maladie et accompagner au quotidien.

Connaître la maladie

A l'aide de courtes vidéos, la première partie propose un tour d'horizon de la maladie, en essayant d'apporter une réponse aux questions les plus fréquentes. Chacune des séquences aborde les causes, la prévention et l'évolution de la maladie.

Accompagner au quotidien

Ce module présente les activités de la vie quotidienne et les difficultés que peuvent rencontrer les personnes. La formation vise à inciter l'aidant à faire participer le malade aux tâches, à le rendre acteur de sa vie, en privilégiant le faire avec, plutôt que le faire à la place.

 

L'apprenant choisit une thématique en se dirigeant dans une maison représentée en 3D. L'objectif est d'expliquer ce qui affecte la personne et de décomposer les séquences d'une activité, car les personnes atteintes de la maladie perdent les automatismes. L'aidant pourra ainsi mieux comprendre les perceptions du proche atteint de cette pathologie et l'accompagner plus sereinement.

 

Découvrir le guide d'accompagnement des aidants familiaux.

 

 

 

2 commentaires

dim.

27

oct.

2013

Résultat de l'enquête bientraitance des résidents des MAS et des FAM

L'Anesm a mené une enquête auprès des Maisons d’accueils spécialisées et des foyers d’accueil médicalisé, afin de procéder à un état des lieux des pratiques de bientraitance au niveau national. Au total, 1095 structures ont complété spontanément le questionnaire les invitant à auto-évaluer leurs pratiques professionnelles durant l’année 2012.

Accueil et évaluation

 

  • La visite de l’établissement avant le jour d’entrée effective est réalisée par 94 % des établissements. En revanche, le chiffre tombe à 84 % s’agissant du recueil de l’accord du futur résident sur son séjour.

 

  • Si les habitudes de vie, l’histoire et les centres d’intérêt de la personne sont recueillis dans 94 % des structures, 75 % des établissements seulement interrogent systématiquement le résident sur ces  attentes et 78 % s’informent auprès de l’entourage.

 

 

Projets personnalisés

85 % des établissements formalisent le projet personnalisé, élaboré en équipe pluridisciplinaire. Cette pratique est donc largement généralisée. En revanche, seuls 37 % des MAS et 60 % des FAM élaborent ce document avec les usagers.

 

Le projet personnalisé est régulièrement évalué (73 %), mais 58 % des établissements seulement recueillent l'avis des usagers et de leur entourage.

 

 

Vie en collectivité et accompagnement personnalisé

Les foyers d'accueil médicalisé proposent dans une plus large proportion une chambre individuelle à tous leurs résidents (74% en FAM contre 54 % en MAS) et une salle de bain individuelle (61 % c/ 34 %). Il en va de même pour la mise en place de dispositifs pour aider les résidents à se repérer dans le temps (47 % en FAM contre 32 % en MAS) et dans l'espace (49 % c/ 34 %).

Liberté d'aller et venir

La liberté d'aller et venir à l'intérieur de l'établissement est effective pour 85 % des résidents. En revanche, ils ne sont que 47 % à disposer de la liberté d'aller et de venir à l'extérieur de la structure.

 

Pour aller plus loin

 

 

  • Téléchargez la synthèse du rapport :
Résultats enquête 2012 - Bientraitance en MAS et en FAM
Synthèse du rapport d'enquête sur la bientraitance en MAS et en FAM.
ANESM-Rapport_d_enquete_Bientraitance-SY
Document Adobe Acrobat 93.1 KB
2 commentaires

lun.

21

oct.

2013

La méthode Montessori et la maladie d'Alzheimer

La méthode Montessori, à l’origine destinée aux enfants, a été adaptée aux personnes atteintes de démences, et en particulier la plus connue, la maladie d’Alzheimer. Alors qu’aux Etats-Unis nombre de neuropsychologues concentrent leurs recherches  sur l’adaptation de cette technique – Karen et Tom Brenner, Cameron Camp et John Zeisel, par exemple- ,la France commence depuis peu à s’y intéresser. Pourtant, beaucoup de praticiens sont satisfaits par les résultats obtenus.

L'origine de la méthode Montessori

Quelques mots d’abord sur la vie de celle qui développa cette méthode. Maria Montessori est une italienne, née le 31 août 1870. Les traits de caractère qui la caractérisent  sont volonté, détermination et engagement.  À l’époque où les femmes devaient prendre soin de leur foyer, Maria Montessori décida de pousser les portes de l’école de médecine de Rome. Celle-ci étant interdite aux filles, elle ira jusqu’au Ministère de l’éducation pour les faire céder. Seule personne du sexe féminin sur les bancs de la fac, elle devra faire face aux moqueries incessantes de ses congénères, ce qui forgea sans doute son caractère.   Devenue première femme médecin en Italie, elle deviendra assistante à la clinique psychiatrique de Rome. Elle comprendra alors que les problèmes des enfants handicapés mentaux, retenus dans des asiles, ne sont pas seulement de nature médicale, mais aussi éducative et environnementale.  Sur la base des travaux de deux médecins français, Maria Montessori élaborera une méthode pour apprendre aux enfants déficients à lire et à écrire. Elle sera, par la suite, appelée par le directeur des logements sociaux de Rome pour aider un tout autre type d’enfants, des enfants en difficultés sociales âgés de 2 à 5 ans. Elle fondra la « Maison des enfants » qui lui servira de terrain d’observation et dégagera ainsi les grandes lignes de sa méthode.

Adaptation de la méthode aux personnes atteintes de démence

À  l’instar de la méthode appliquée aux enfants, l’objectif est de se centrer sur la personne et ses besoins, afin de lui permettre d’être le plus autonome possible, de l’aider à renouer avec son environnement et de prendre sa place dans la communauté.

Sans être un spécialiste de la méthode Montessori adaptée à nos aînés, les aidants familiaux et les professionnels pourront  mettre en pratique certains principes : encourager la personne à puiser dans ses ressources pour s’adapter et résoudre les problèmes ; l’inciter à utiliser ses sens pour mieux s’approprier son environnement et enfin, considérer la personne dans son ensemble et appréhender la totalité de ses besoins  : physiques, spirituels, esthétiques, cognitifs, émotionnels et sociaux. Pour finir, le respect, la compassion et l’empathie doivent tenir une large part dans la relation avec ces personnes.

 

2 commentaires

lun.

09

sept.

2013

Entrée en Ehpad et rôle des professionnels

L'auteur de cet article, Emmanuelle Goury-Meyer, est psychologue clinicienne au sein d'un Ehpad. Elle a écrit l'ouvrage  « Ateliers mémoire » publié par les éditions Phalente.

Les personnes accueillies en EHPAD (établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) entrent dans un milieu inconnu, fantasmé, un lieu autre que celui de leur domicile. Dans la plupart des cas c’est un changement de vie qui a lieu tardivement, les personnes étant souvent majoritairement âgées de plus de 75 ans. Tout l’enjeu va être, pour chaque individu, de s’adapter à cette nouvelle situation dans la continuité de son existence, de son être, en cheminant pour éviter les pièges de la tristesse, l’isolement, la régression, l’agressivité, la peur, le sentiment d’échec, la perte de soi, la perte des capacités physique et psychique. Chaque être humain va faire appel à différentes compétences pour s’adapter à une vie dans un lieu différent de son domicile. Le travail des professionnels va consister à cheminer avec ces dernières, les accompagner notamment par l’instauration d’une relation empathique, vers l’acceptation de leur nouvelle vie, en créant un cadre le plus propice à leur épanouissement et au plus proche de leurs attentes.

Les activités en Ehpad

Dans cet objectif de vie, l’EHPAD doit proposer des activités variées, riches, afin de permettre aux personnes accueillies de continuer à bénéficier de temps de loisir, de plaisir, d’être en lien, de se sentir et se reconnaître Exister. L’animation et les professionnels intervenant lors d’activités jouent un rôle essentiel. Tout l’enjeu reste d’inscrire les actions dans cette philosophie d’accompagnement, de soutien, d’écoute, de respect de l’individu, de mettre l’humain au cœur de l’animation. Par le biais des activités, les professionnels offrent un Soin psychologique, physiologique, un Soin global où les capacités cognitives se font bien souvent maîtresses. La stimulation des fonctions cognitives reste un maître mot du travail en EHPAD. La Mémoire, les Mémoires source de peur, d’admiration, de fantasmes, celles qu’inconsciemment on souhaite perdre parfois, tout en chérissant certains de ses pendants. La mémoire touche l’identité qui structure l’individu, il faut chercher à la préserver, comprendre ses rôles au niveau cognitif et psychologique.

Exercer la mémoire

Permettre aux personnes de continuer à exercer leur mémoire, que cela se passe dans le cadre d’ateliers mémoire ou dans la vie quotidienne, nécessite de la part des professionnels d’en connaître le fonctionnement. Chacun doit connaître l’existence des différentes mémoires afin de parvenir à les entretenir lors des ateliers, mais également à ne pas mettre en échec les personnes en proposant des activités qui ne correspondent pas à leurs facultés. En effet, en vieillissant les mémoires peuvent se faire plus lentes sans que le vieillissement soit pathologique. Il peut exister aussi certaines maladies, comme la maladie d’Alzheimer par exemple, qui affectent la mémoire dont il faut tenir compte pour la mise en place des activités. De plus, la vie en collectivité implique de rompre avec son quotidien et provoque parfois la sensation de perdre un peu de soi, de son identité.

 

 

 

Il reste la mémoire, mémoire de son lieu de vie, mémoire des gens qu’on aime, cette mémoire fondement de l’identité. Toue la difficulté  de l’institution va être de permettre aux résidents de continuer à vivre dans un nouveau lieu communautaire, tout en étant garant de l’individu, en prenant en considération la personne dans son histoire de vie, dans sa spécificité et en lui proposant de s’inscrire dans la société, dans l’institution, en y trouvant du sens. Ainsi chaque atelier, chaque activité, proposé aux personnes doit évoquer du sens pour ces derniers. Nous accueillons des personnes désorientées avec des troubles cognitifs. L’identité s’avère fragile chez des personnes souffrant de maladie touchant la mémoire.

 

Quand la mémoire s’échappe, le rôle des professionnels, et celui tout particulier des animateurs, devient fondamental.

 

Emmanuelle Goury-Meyer

3 commentaires

ven.

26

juil.

2013

La Commission des droits de l'homme prodigue des recommandations aux Ehpad

Michèle Delaunay, Ministre déléguée des personnes âgées et de l’autonomie, a saisi la Commission nationale consultative des droits de l’homme sur la question des droits fondamentaux des personnes âgées. Cette dernière a formulé plusieurs recommandations, et en particulier, elle a insisté sur le fait de veiller de façon spécifique aux droits et libertés des personnes en Ehpad.

Consentement à l'entrée en Ehpad

L’article 4 de l’annexe de l’arrêté du 8 septembre 2003 dispose que « le consentement éclairé de la personne doit être recherché en l’informant » en fonction de sa situation. C’est ainsi que l’élaboration d’un contrat type de séjour transparent et harmonisé peut permettre de s’en assurer. Une révision des contrats de séjour pourrait donc être envisagée. La Commission note que le principe du consentement est un droit largement bafoué, car nombre de personnes âgées entrent en maison de retraite faute d’alternative. C’est ainsi que l’institution conseille d’instaurer un droit de rétraction au profit des personnes âgées.

Liberté d’aller et de venir et sécurité en Ehpad

La difficulté pour les établissements confrontés à des responsabilités croissantes est de concilier le droit d’aller et de venir en liberté, et l’obligation de sécurité . La Commission pointe les atteintes graduelles à la liberté : port d’un bracelet électronique, installation de digicode dont les résidents ne savent pas se servir (quand ils détiennent le code), la vidéosurveillance ou encore la contention. Bien consciente de la volonté de protéger, mais aussi des risques, la CNCDH recommande l’extension des compétences du Contrôleur général des lieux de privation de liberté aux Ehpad, afin de veiller au respect des droits fondamentaux.

Conditions de vie en Ehpad

À un âge avancé, la personne devient moins adaptable, il lui est donc difficile de s’habituer aux contraintes de la vie collective (contrôle des déplacements, repas à heure fixe, chambres non fermées à clé, impossibilité de cuisiner...). Ainsi, il conviendrait de mieux concilier lieux de vie et lieux de soins, et de tenir compte du projet de vie personnel de chaque résident. La Commission considère comme une avancée la diffusion de bonnes pratiques entre Ehpad, afin d’optimiser leur savoir-faire. En outre, il faudrait encourager les formules intermédiaires afin de ne pas contraindre la personne à entrer en Ehpad dès qu’elle présente une perte d’autonomie.

Respect de la vie privé et familiale en Ehpad

Le droit au respect de la vie privée et familiale, et le droit à l’intimité sont des droits fondamentaux. La CNCDH recommande la mise en place dans les établissements de lieux de visite spécifiques pour accueillir les familles, la mise à disposition de chambres pour des visiteurs venant de loin, et l’adaptation des horaires des visites. De même, l’institution réprouve l’infantilisation, en particulier le tutoiement ou l’utilisation de la troisième personne.

 

La vie sexuelle et affective doit être respectée. Le personnel des établissements s’émeut bien souvent de relations intimes au sein des Ehpad. La Commission rappelle que l’article 4 de la Charte des droits et libertés de la personne dépendante stipule qu’une personne âgée doit être protégée des actions visant à l’empêcher d’avoir une vie sexuelle quand il s’agit de relations librement consenties.

 

Enfin, la Commission dénonce l’influence des sectes dans les établissements. Ces dernières utilisant l’isolement des personnes âgées pour les influencer. Ainsi, la CNCDH recommande de procéder à des contrôles inopinés exercés par une institution neutre.

Pour aller plus loin

Commission Nationale consultative des Droits de L'Homme : Avis sur l'effectivité des droits des personnes âgées, Assemblée plénière du 27 juin 2013

1 commentaires

mar.

23

juil.

2013

Mobiqual : lutter contre la dépression des personnes âgées

Le 18 juillet dernier, Michèle Delaunay, Ministre déléguée chargée des personnes âgées et de l’autonomie, a présidé la signature d’une convention entre la Société française de gériatrie et de gérontologie et les principales fédérations d’aide à domicile, aux fins de déployer la « Mallette Mobiqual » auprès du personnel des structures à domicile.

Objectifs de Mobiqual

Cet outil, qui n'était à la disposition que des établissements, doit permettre de sensibiliser, mais aussi de repérer, les signes de la dépression touchant les personnes âgées qui n’apparaissent pas toujours de la même manière que pour les adultes plus jeunes. Les aides à domicile qui sont au plus près de la personne pourront mieux détecter les indices, et ainsi alerter les personnels compétents.

Mobiqual en établissements

La dépression toucherait 40 % des résidents d'établissements pour personnes âgées. L’outil contient :

Fiches pratiques

8 fiches sont proposées :

 

  1. Repérer les signes de dépression
  2. Repérer la crise suicidaire
  3. Dépression et deuil
  4. Dépression et troubles cognitifs
  5. Dépression et apathie
  6. Traitement médicamenteux de la dépression
  7. Prévenir la dépression
  8. Dépression et maltraitance (habeo)

Outils d'évaluation

  1. Echelle de dépression gériatrique : mini GDS
  2. Echelle de dépression gériatrique : GDS (15 items)
  3. Echelle de dépression de Cornell
  4. Inventaire Apathie soignant (en institution)
  5. Inventaire Apathie soignant (ambulatoire)
  6. Inventaire Apathie patient
  7. Inventaire Apathie accompagnant
  8. Mini Mental State Examination (MMSE)
  9. Inventaire neuropsychiatrie NPI-ES item dépression
  10. Inventaire neuropsychiatrie NPI-ES item apathie
  11. Inventaire neuropsychiatrie NPI-ES item anxiété
  12. Fiche de transmission
  13. Arbre décisionnel

Cas cliniques

L’outil présente 3 cas cliniques :

  1. Monsieur C âgé de 85 ans qui illustre la dépression en Ehpad ;
  2. Monsieur André V, 92 ans, pour la dépression et la tentative de suicide ;
  3. Madame Nicole F, 86 ans, pour la dépression et le suicide.

Cette mallette est accompagnée d’un DVD-rom qui propose une plaquette de formation, des vidéos, des textes et recommandations.

Mobiqual en structures d'aide à domicile

Partant du constat qu’un tiers des décès par suicide surviennent chez les plus de 60 ans, et que 70 % ont lieu au domicile, il a semblé nécessaire à la Société française de gériatrie et de gérontologie de développer des outils pour repérer les risques à domicile.

Fiches et outils professionnels

Ils sont au nombre de 6 :

  1. Alerte dépression : fiche pratique pour aider au repérage des facteurs de risque situations à risque et signes d’alerte
  2. Échelle de dépression gériatrique - MINI GDS : outil utile à une première évaluation de l’humeur, en cas de suspicion de dépression
  3. Alerte risque suicidaire : aider au repérage et à l’évaluation du risque suicidaire
  4. Dépression et deuil : distinguer la phase dépressive faisant suite à un deuil d'une authentique dépression
  5. Dépression et maltraitance - habeo : fiche pratique sur le risque de maltraitance associé à la dépression, illustrée de 4 situations cliniques
  6. Fiche de transmission : un modèle de fiche

Autres outils de sensibilisation

Un dépliant est destiné au patient et un autre à sa famille. De même, la mallette contient un DVD qui présente :

 

  • Un film de sensibilisation et un guide pour l’animateur,
  • De diaporamas de formation,
  • Des vidéos,
  • Des textes et recommandations.

 

Pour aller plus loin

Dépression en établissements
Document de présentation destiné à la mise en œuvre de Mobiqual en Ehpad.
Mobiqual en Ehpad.pdf
Document Adobe Acrobat 1.5 MB
Dépression à domicile
Document de présentation visant à aider les structures d'aide à domicile à repérer le risque dépressif.
Mobiqual à domicile.pdf
Document Adobe Acrobat 1.5 MB
0 commentaires

lun.

17

juin

2013

L'imagerie médicale pourrait aider à diagnostiquer la maladie d'Alzheimer

Des chercheurs de l’University Hospitals Case Medical Center, située aux états unis dans l’Ohio, étudient une nouvelle technique d'imagerie médicale qui pourrait aider à diagnostiquer la maladie d'Alzheimer, en mettant en lumière la présence de plaques de protéines dans le cerveau, lesquelles sont caractéristiques de la maladie.


Le groupe de chercheurs composé de spécialistes de l’imagerie du cerveau proposent à des patients affectés de la maladie d’Alzheimer à un stade précoce , de faire l’objet d’un scanner du cerveau à l’aide d’un marqueur radioactif appelé Amyvid.


L’objectif de cette étude est de déterminer si l’Amyvid permet réellement d’identifier les plaques dans le cerveau de ces patients en combinant la tomographie par émission de positons (PET) et l’IRM. Cette combinaison ne constitue pas un traitement, mais est susceptible de permettre aux chercheurs de mieux comprendre la maladie en fournissant des images plus détaillées du cerveau.


Le docteur Alan Lerner, directeur du centre cognitif et de la mémoire au UH Center, expose que ces études prouvent la fiabilité de l’Amyvid pour détecter les plaques d’Amyloïdes dans le cerveau. Néanmoins, la présence d’Amyloïde dans le cerveau ne signifie pas obligatoirement l’existence de la maladie d’Alzheimer, elle souligne seulement les facteurs de risque.


Le docteur Lerner espère que l’étude de l’Amyvid aidera à déterminer la corrélation entre la présence d’amyloïde et son taux dans le cerveau, avec les symptômes. Ils souhaitent aussi déterminer à terme s’il convient de répéter les analyses pour suivre la progression de l'accumulation de cette substance, et à quel intervalle.


Pour aller plus loin, voir le site de cleveland.com

0 commentaires

ven.

10

mai

2013

Etude de l'hôpital St Michaels à Toronto : les jeux de mots croisés et le Sudoku peuvent prévenir le déclin cognitif

Le Canadian Medical Association Journal a publié le résultat d’une étude qui révèle qu'il n'est pas prouvé que les suppléments végétaux de type Ginkgo, les vitamines (B6) et l’huile (Omega 3) amélioreraient les performances cérébrales. De même, les chercheurs n'ont pas trouvé de preuves mettant en exergue que le traitement du cholestérol et la pratique d’une activité physique auraient un impact positif sur la mémoire.

 

L’étude a révélé que certains traitements hormonaux substitutifs à base d’œstrogène accroitraient le risque de déclin cognitif et de démence.

 

Enfin, les chercheurs ont mis en évidence le fort impact des jeux d’entraînement cérébral, tels que les jeux de mémoire sur ordinateur, les mots croisés, les sudokus et les formations cognitives individuelles réalisées de façon intensive faisant travailler la mémoire, le raisonnement et la vitesse de réflexion.

 

Source :

Preventing cognitive decline in healthy older adults , Canadian Medical Association Journal, 15 avril 2013

0 commentaires

mer.

17

avril

2013

Publication de l'arrêté du 9 avril 2013 fixant le modèle de tableau de bord à annexer au rapport d'activité des Ehpad

Un rapport d’activité est établi par les établissements hébergeant des personnes âgées dépendantes fournissant un accueil temporaire et ceux exerçant une activité de pôle d'activités et de soins adaptés ou d'unité d'hébergement renforcée, conformément à l'article R. 314-50 du Code de l'action sociale et des familles.

 

Ce document doit contenir un tableau de bord dont le contenu est fixé en annexe de l’arrêté.

La saisie des données est effectuée sur un site internet de collecte.

 

Pour les données d’activité de l’année 2012, le tableau de bord doit être saisi durant la période du 29 avril au 13 juillet 2013.

 

Pour le modèle de tableau de bord, voir arrêté du 9 avril 2013 portant application du I de l'article R. 314-50 du Code de l'action sociale et des familles pour les établissements hébergeant des personnes âgées dépendantes autorisés à exercer une activité d'hébergement temporaire et pour lesdits établissements exerçant une activité de pôle d'activités et de soins adaptés ou d'unité d'hébergement renforcée.


0 commentaires

lun.

25

mars

2013

Personnes âgées et autonomie : trois rapports

Trois groupes de travail ont remis un rapport, dans le cadre de la préparation de la loi d'adaptation de la société au vieillissement, annoncée par le gouvernement, afin de mieux comprendre les enjeux du vieillissement dans notre société. Ils sont actuellement téléchargeables gratuitement, et en intégralité, sur le site de la documentation française :

 

1° Le rapport réalisé par Luc Broussy est relatif à l'adaptation de la société au vieillissement de sa population ;

 

2° Le second, écrit par le Docteur Jean-Pierre Aquino,traite de l'anticipation et de la prévention de la perte d'autonomie ;

 

3° Le troisième rapport, réalisé par une équipe dirigée par Martine Pinville, identifie et compare sur le plan international les pratiques jugées  innovantes en matière de prévention et d'adaptation de la société au vieillissement.

0 commentaires

ven.

01

mars

2013

Un comptable condamné au paiement des arriérés dus par des résidents d'une maison de retraite

La presse révélait dernièrement, ce qui pourrait sembler de prime abord être une incongruité : un comptable aurait été condamné au remboursement des sommes dues par deux résidentes d'une maison de retraite, en raison du défaut de paiement de ces dernières. Pourtant, après lecture attentive du jugement, la décision rendue par la Chambre régionale des comptes d’Aquitaine Poitou-Charentes ne semble pas si absurde.


Chambre régionale des comptes - Maison de retraite « Séguin » à Cestas
Jugement Chambre régionale des comptes d
Document Adobe Acrobat 143.7 KB

Arriéré de la première résidente

Il convient de noter au préalable que le comptable condamné exerce ses fonctions dans une maison de retraite publique. Ce point est important, car cela signifie que ce sont les  dispositions de droit public qui s'appliquent, ce qui explique en partie cette affaire.


Pour reprendre les faits : une résidente percevait le bénéfice de l’aide sociale, qui lui a été retiré par la suite. Les frais d'hébergement n'ont alors été pris en charge qu'en partie par l'hébergée et les redevables de l'obligation alimentaire.


Dans cette affaire, il a été reproché au comptable de ne pas avoir effectué les diligences nécessaires. En effet, avant de demander aux obligés alimentaires d’acquitter les  créances, il  aurait dû s’assurer qu’une saisine préalable du juge aux affaires familiales avait eu lieu, conformément aux dispositions du code de l’action sociale et de la famille, et du code civil. La Chambre régionale des comptes a donc considéré que les titres de recettes avaient été émis selon une procédure irrégulière.

Arriéré de la seconde résidente

Dans cette espèce, la résidente est entrée dans une maison de retraite en qualité de résident payant. Sa fille s’était alors engagée à prendre à sa charge les coûts d’hébergement. Les demandes de paiement ont alors été adressées à la fille de la résidente. Par la suite, durant près d’un an, la débitrice n’a plus réglé les sommes dues.

 

Près de dix mois plus tard, le comptable prend conscience que l’accord de prise en charge par la fille de la résidente n’a pas été formalisé conformément aux dispositions de l’article 1326 du code civil, ce qui l’a rendu caduc. Afin de tenter de garantir la créance, le comptable prend une hypothèque sur un bien possédé en usufruit par la résidente, garantie insuffisante, puisque celle-ci s’éteint au décès de l’usufruitier. Par la suite, cette sûreté n’a pu être mise en œuvre, car la résidente était déjà décédée.


Il est ici reproché au comptable deux choses : d’abord de ne pas avoir émis le titre de recettes à l’encontre du bon débiteur, ce qui n’a pas permis de recouvrer les sommes dues par la suite. En outre, de n’avoir réagi que très tardivement pour recouvrer la créance en prenant une garantie insuffisante, car l’hypothèque sur un usufruit s’éteint à la mort de l’usufruitier. Cette sûreté n’a pu être mise en œuvre puisque la résidente est décédée par la suite.

Fondement de la décision

Le comptable a  été condamné au paiement du principal dans ces deux espèces : soit 10 075 € pour la première créance et 12 359,97 €  pour la seconde, montant auquel il convient d'ajouter les intérêts au taux légal. Cette condamnation a été opérée sur le fondement de l’article 60 de la loi du 23 février 1963 qui dispose que les comptables publics sont personnellement et pécuniairement responsables dès lors qu’une recette n’a pas été recouvrée. Ce principe est néanmoins tempéré par les articles 11 et 13 du décret n°62-1587 du 29 décembre 1962 (règlement de la comptabilité publique remplacé aujourd’hui par un nouveau texte) qui stipulent que les comptables ne sont tenus que « dans la limite des éléments dont ils disposent de mettre en recouvrement les créances des organismes publics ».


Il ne faut pas croire qu’il s’agit là d’une décision isolée. Les chambres régionales des comptes ont antérieurement condamné des comptables de maisons de retraite en raison de négligences. Les dossiers de recouvrement de frais d'hébergement doivent donc être traités par les comptables publics avec le plus grand soin.

0 commentaires

mar.

29

janv.

2013

Evaluation et validation du niveau de perte d'autonomie des résidents en Ehpad

Le décret n°2013-22 du 8 janvier 2013, paru au début du mois de janvier, relatif à l’évaluation et à la validation du niveau de perte d’autonomie et des besoins en soins des personnes hébergées dans les Ehpad et fixant la composition et le fonctionnement de la commission régionale de coordination médicale détermine :

 

  • Les modalités et la périodicité des évaluations du niveau de perte d’autonomie moyen et des besoins en soins requis des résidents des Ehpad ;
  • Les délais de validation de ces évaluations par les médecins qui en sont chargés (médecins des équipes médico-sociales des départements et médecins des agences régionales de santé) ;
  • Le mode de calcul du niveau de perte d’autonomie moyen des résidents et de leurs besoins en soins ;
  • La composition et les modalités de fonctionnement de la commission régionale de coordination médicale. Cette instance a pour compétence de déterminer le classement définitif de l’établissement s’il y a désaccord entre le médecin coordonnateur de l’établissement et les médecins chargés de la validation des évaluations du niveau de perte d’autonomie.

Evaluation de la perte d’autonomie et des besoins en soins

Elle est réalisée par les établissements, sous la responsabilité du médecin coordonnateur. L’évaluation permet le calcul de la dotation globale et du forfait global relatif à la dépendance et aux soins. Elle est réalisée au moment de la conclusion de la convention pluriannuelle ou de son renouvellement, et une nouvelle fois en cours de contrat.

Chaque résident est classé dans un des six groupes de la grille iso-ressources (GIR), en tenant compte de l’état de la personne et de la prévention nécessaire. Un niveau de perte d’autonomie moyen est alors calculé, et donne lieu au groupe iso-ressources moyen pondéré (GMP) de l'établissement.

Les médecins chargés de la validation des évaluations de la perte d'autonomie et des besoins en soins des personnes hébergées dans chaque établissement disposent d'un délai de trois mois à compter de la réception des évaluations pour les valider. À l’issue de ce délai, les évaluations sont réputées tacitement validées. Cependant à l’échéance de la période d’acceptation tacite (trois mois à compter de la réception des évaluations), l’autorité tarifaire compétente dispose de deux mois pour saisir les médecins chargés de la validation des évaluations, si elle a connaissance d’erreurs supérieures à des seuils fixés par arrêté. Les sommes indument perçues seront alors déduites de la dotation globale ou du forfait global relatif à la dépendance ou aux soins.

La commission régionale de coordination médicale

Elle traite des recours relatifs à l’évaluation de la perte d’autonomie . Elle est composée d’un médecin de l’ARS qui préside la commission, d'un médecin des services sociaux et médico-sociaux du département qui joue le rôle de vice-président, d'un médecin gériatre désigné par le directeur général de l’ARS et d'un médecin coordonnateur également désigné par la même instance. Les médecins qui auront procédé à la réalisation ou à la validation de la perte d'autonomie et des besoins en soins des personnes hébergées dans l'établissement faisant l'objet du recours sont écartés.

0 commentaires

lun.

31

déc.

2012

Rapport de synthèse de l'activité en Ehpad dans la région Midi-Pyrénées

Une synthèse globale de l'activité médicale des Ehpad de Midi-pyrénées a été mise en ligne par l'ARS de la région. L'analyse a été réalisée à partir des données saisies par les médecins coordonnateurs.

Les éléments les plus marquants pour l'année 2011 sont les suivants :

Profil des résidents

Les résidents sont :

- majoritairement des femmes : 7 personnes sur 10 ;

- âgés d'au moins 80 ans : 8 personnes sur 10 ;

- sont très dépendantes (GIR 1 et 2) : 56 % ;

- sont peu autonomes (GIR 5 et 6) : 10 %.

Ressources humaines

Le temps de travail du médecin coordonnateur se situe en moyenne à 0,30 ETP. Alors que la grande majorité des établissements disposent d'un medco, 10 % des Ehpad n'ont pas d'infirmier coordonnateur.

En moyenne, les établissements comptent 0,6 ETP d'infirmier pour 10 résidents et 2,49 ETP d'auxiliaire de soins pour 10 résidents. Il convient de noter un fait marquant, 1 auxiliaire de soins sur 5 est non diplômé, avec un pic s'élevant à 32 % en Haute-Garonne.

Près de 90 % des Ehpad font intervenir un psychologue, 57,7 % un dentiste et 50 % une diététicienne.

Circuit du médicament

Les infirmiers assurent la préparation des piluliers pour près de 70 % des Ehpad.

17 % seulement des Ehpad sont rattachés à une pharmacie à usage interne.

Alors que 28 % des Ehpad ont une liste limitative de médicaments, 18,6 % l'utilisent.

Mouvements annuels des résidents

Le taux d'occupation moyen à l'échelle régionale s'élève à 95 %, il est néanmoins inférieur à 90 % dans deux départements de Midi-Pyrénées.

Le taux de renouvellement des résidents accueillis est de 30 %.

Enfin 30 % des résidents sont décédés dans les six mois suivants l'admission, et 17 % des résidents en 2011 sont décédés.

Hospitalisation et recours à des services spécialisés

Au cours de l'année, 33 % des résidents ont été hospitalisés au moins une fois. Pour 46 % d'entre-eux, l'hospitalisation a été réalisée au service des urgences.

Activité médicale

10 % des médecins coordonnateurs ont un DU en gériatrie, et près de 90 % ont suivi une formation spécifique.

Le dossier médical informatisé a été mis en place dans plus de 3 établissements sur 4. Toutefois, seuls 18 établissements de la région disposent d'équipements de télé médecine.

 

Synthèse régionale des rapports d'activité médicale
Analyse globale des rapports d'activité médicale des Ehpad de la région Midi-Pyrénées.
AnalyseGlobaleRAM2011.pdf
Document Adobe Acrobat 1.4 MB
0 commentaires

jeu.

13

déc.

2012

GAG, groupement des animateurs en gérontologie, publication d’un livre blanc

Le GAG – Groupement des animateurs en gérontologie – a rendu public, lors du congrès annuel de l’animation, un livre blanc qui fait suite à l’enquête réalisée en 2011 relative à l’animation avec les personnes âgées. Ce texte comporte 5 propositions :

 

1° Professionnaliser la profession d’animateur en gérontologie

Au programme, parvenir en 5 ans à un minimum de 80 % de professionnels de l’animation diplômés, au lieu de 34 % aujourd’hui, et atteindre un coefficient de 1 animateur pour 50 résidents. Le ratio actuel étant de 1 animateur pour 71 résidents. En outre, ce groupement travaillera sur la structuration et la reconnaissance des diplômes de l’animation sociale.

Enfin, dans le cadre du « contrat emploi avenir », l’association souhaite atteindre l’objectif de ne pas substituer ces profils nouveaux contre des emplois existants, former ces collaborateurs et assurer leur encadrement professionnel

 

2° Logiciel au service des animateurs

Le groupement travail sur la réalisation d’un logiciel dénommé « Ariane au fil de la vie ». Cet outil devrait permettre la construction, le suivi et l’évaluation des projets personnalisés en établissement.

 

3° Outil collaboratif

Le GAG souhaite mettre en ligne une plateforme collaborative qui mettrait à disposition des supports d’animation.

 

 4° Accroître le budget

Aujourd’hui, le budget consacré à l’animation est de 0,09 € par jour et par résident. L’association souhaiterait qu’il passe à 0,30 €, et que ce poste de dépense soit financé partiellement sur les tarifs dépendance et l’APA pour les personnes demeurant à domicile.

 

  5° Inclure le personnel des établissements

Le GAG demande que 6 % du temps de travail des personnels volontaires puisse être consacré à l’animation, sous la coordination de l’animateur.

 

Pour en savoir plus : voir le livre blanc.

Consulter la collection des ouvrages consacrés à l’animation.

1 commentaires

dim.

25

nov.

2012

Méthodologie de gestion des épidémies dans les Ehpad

Les infections respiratoires aigües (IRA) sont la première cause de mortalité dans les Ehpad. Il en va de même des gastro-entérites aigües (GEA) qui ont un impact lourd sur l’organisation des soins et la prise en charge des malades. C'est la raison pour laquelle l’ARS d’Auvergne propose sur son site des outils destinés à prévenir et à contrôler ces risques.

 

Ainsi, chacun de ces outils sont répartis dans trois catégories :

 

-          - Mesures à prendre avant l’arrivée de l’épidémie,

-          - Mesures à prendre dès le premier patient malade,

-          - Mesures à prendre en cas d’épidémie = 5 cas en 4 jours.

 

Pour télécharger les documents de prévention et de contrôle des risques, rendez-vous sur le site de l’ARS d’Auvergne.

0 commentaires

jeu.

15

nov.

2012

Qualité de vie en ehpad : publication du dernier volet

Le quatrième et dernier volet de la recommandation qualité de vie en Ehpad relative à l’accompagnement personnalisé du résident vient d’être publié sur le site de l’ANESM. Il fait suite aux trois précédents volets :

 

-          Volet 1 : De l’accueil de la personne à son accompagnement 

-          Volet 2 : Organisation du cadre de vie et de la vie quotidienne 

-          Volet 3 : La vie sociale des résidents en Ehpad.

 

Plusieurs thèmes sont traités dans ces recommandations de bonnes pratiques professionnelles :

  1. L’information du résident sur les droits liés à la santé et leurs modalités d’exercice.
  2. La participation du résident à son projet de soin.
  3. La prévention et la gestion des risques liés à la santé.
  4. La coordination des soins autour du résident.
  5. L’accompagnement de la fin de vie.

Pour aller plus loin, voir le site de l'ANESM.

0 commentaires

lun.

12

nov.

2012

Des outils au service de la bientraitance en Ehpad

La HAS (Haute Autorité de Santé) et la FORAP (Fédération des Organismes Régionaux et territoriaux par l'Amélioration des pratiques et organisations en santé) viennent de mettre en ligne un guide destiné aux professionnels en établissements de santé et en Ehpad dont l'ambition est de promouvoir la bientraitance au sein des institutions sanitaires et médico-sociales. Ainsi, ce groupe de travail propose des outils opérationnels d'aide au développement interne des démarches en faveur de la bientraitance :

  1. Amélioration des pratiques de bientraitance : outil d'évaluation des pratiques professionnelles à destination des USLD et des Ehpad.
  2. Regards croisés sur la bientraitance : il s'agit d'un outil d'évaluation des pratiques professionnelles à l'usage des établissements de santé.
  3. La bientraitance en question : cet outil, destiné aux soignants, propose une auto-évaluation des pratiques professionnelles.
  4. Tableau de bord de la bientraitance : cartographie de repérage et de prévention des risques de maltraitance pour les établissements de santé et les Ehpad.
  5. La bientraitance en situations de vie : outil de sensibilisation et d'animation des équipes des établissements de santé autour de la bientraitance.
  6. Cahier des charges formation : outil d'aide à la construction d'un cahier des charges pour la formation qui s'inscrive dans le projet bientraitance de l'établissement.
  7. Charte : sensibiliser les professionnels à la thématique de la bientraitance.

Pour aller plus loin, voir le site de la HAS.

0 commentaires

sam.

03

nov.

2012

Outils de repérage de l'AVC chez le sujet âgé

L'ANESM, l'agence nationale de l'évaluation et de la qualité des établissements et services sociaux et médico-sociaux, a collaboré à un groupe de travail piloté par l'HAS pour la réalisation d'outils d'aide au repérage de l'AVC chez le sujet âgé, et de la conduite à tenir à domicile et en Ehpad.

Voir les outils de repérage, sur le site de l'ANESM.

0 commentaires

jeu.

25

oct.

2012

Vie sociale et animations

Le dossier numéro 18 de la DRESS (direction de la recherche, des études, évaluation et statistiques), publié en février 2011, sur le thème « La vie des établissements d’hébergement pour personnes âgées du point de vue des résidents et de leurs proches », donne l’occasion de revenir sur les conditions de vie des personnes âgées en Ehpad. Bien que ce dossier ait été écrit grâce à des données recueillies lors d’une enquête ayant eu lieu en 2007, la synthèse qui en résulte permet de dégager des pistes pour améliorer les conditions de vie des résidents.

Sources d'insatisfaction des résidents

L’absence ou le manque de sorties constituent la plus grande source d’insatisfaction des résidents. Ainsi 38 % souhaiteraient sortir davantage, ce chiffre s’élève à 57% parmi ceux déclarant vivre mal dans l’établissement.

 

Tableau représentant taux insatisfaction des résidents en Ehpa

Cliquez sur le shéma pour agrandir.

Ces mauvais chiffres sont dus à un manque de moyens des établissements. Ainsi 52 % des résidents peuvent bénéficier d’un moyen de transport pour faciliter les sorties individuelles. 41 % déclarent ne pas sortir en dehors de l’établissement, ce chiffre atteint 66 % pour les personnes ayant besoin de l’aide d’une tierce personne pour se déplacer.

Participation des personnes âgées vivant en institutions

Les résidents se sentent mal informés, ils sont seulement 12 % à connaître le conseil de vie sociale .

Cliquez sur le shéma pour agrandir.

Les activités proposées dans les établissements

Presque tous les établissements organisent des fêtes d’anniversaire, des thés dansants et des séances de jeux de société. Ils ne sont en revanche qu’un résident sur quatre à se voir proposer des séances de prévention des chutes.

Les résidents ne sont que 21 % à participer aux animations régulièrement, et 49 % s’occupent en regardant la télévision ou en écoutant la radio l’après-midi.

Cliquez sur le shéma pour agrandir.

Les établissements devraient sans doute réfléchir pour proposer des animations individualisées aux résidents.

 

Pour aller plus loin, voir la collection "Ateliers d'animations séniors".

La vie en établissement d'hébergement pour personnes âgées
Dossier solidarités et santé : la vie en ehpa (maisons de retraite, ehpad, USLD et logements-foyers) du point de vie des résidents et de leurs proches
2011--01-Dossier-Solidarite-et-Sante-n18
Document Adobe Acrobat 2.0 MB
0 commentaires

mer.

17

oct.

2012

La maltraitance vue par les animateurs en gérontologie

Le groupement des animateurs en gérontologie (GAG) a mis en ligne une vidéo, sur le site non-traitance.com, désignant l'ennui dans les maisons de retraite, comme forme de maltraitance, ou selon leurs termes de non-traitance. Ce support leur permet de  faire connaître leurs propositions pour améliorer la qualité des temps libres et de l'animation collective.

 

Le GAG fournit, en outre, dans cette vidéo une interessante grille d'analyse à l'usage des familles, afin de sélectionner au mieux un établissement d'hébergement pour un proche âgé. Ces recommandations sont les suivantes :

 

1° Interroger la direction sur le nombre d'animateurs diplômés.

2° Vérifier si le programme mensuel d'animations est suffisamment riche et adapter aux résidents.

3° Vérifier le nombre d'espaces d'animations et les équipements : lieu pour voir des films, pour écouter de la musique, espaces verts, lieu pour pratiquer une acitvité physique, local dédié aux activités manuelles et aux jeux.

0 commentaires

sam.

13

oct.

2012

La semaine bleue : du 15 au 21 octobre

Nous fêterons, du 15 au 21 octobre, la semaine bleue, c’est-à-dire la semaine nationale des retraités et des personnes âgées. Cette manifestation créée sous l’impulsion de l’UNIOPSS, et placée sous le parrainage du ministre chargé des personnes âgées, a pour objectif d’informer et de sensibiliser l’opinion publique sur la contribution des retraités à la vie économique, sociale et culturelle, sur les préoccupations et difficultés rencontrées par les personnes âgées, ainsi que sur les réalisations et projets des associations et des collectivités locales.

 

Gisèle Casadesus, comédienne et fille du chef d’orchestre de renom, est cette année la marraine de cette opération. Des évènements seront organisés partout en France sur le thème de « vieillir et agir ensemble dans la communauté ».

 

Un concours a été organisé pour couronner les meilleures initiatives. Cette année, les projets intergénérationnels ont été particulièrement récompensés.

 

Vous avez besoin d’idées pour organiser la semaine bleue, voir l’ouvrage « Organiser les fêtes et les sorties » dans la collection « Ateliers d’animations séniors ».

0 commentaires

ven.

11

août

2017

Recommandations de bonnes pratiques sur l’accompagnement des personnes atteintes d’une maladie neuro-dégénérative en UHR

L’ANESM a publié deux séries de recommandations qui ont pour ambition de répondre à deux mesures du « Plan Maladies Neuro-dégénératives (PMND) 2014-2019 ».  Ce programme fait suite au Plan Alzheimer 2008-2012, avec toutefois une différence importante car il étend le dispositif aux personnes atteintes de la Maladie de Parkinson et aux personnes atteintes de sclérose en plaques.

 

 

Le PMND se décompose en 4 axes qui définissent les orientations et 96 mesures. Les recommandations publiées par l’ANESM répondent aux mesures 26 et 27 de l’axe 1 : « soigner et accompagner tout au long de la vie et sur l’ensemble du territoire ».

Déploiement des Pôles d’accompagnement et de soins adaptés

La mesure 26 fixe l’objectif de « Poursuivre le déploiement des pôles d’accompagnement et de soins adaptés (PASA) et inscrire cette offre au sein des filières de soins et accompagnement de droit commun ».

Recommandations

Les recommandations s’adressent principalement aux responsables d’EHPAD disposant d’un PASA et à ceux qui envisagent d’en créer un. Elles sont réparties au sein de trois chapitres :

  1. Du projet de PASA à sa mise en place
  2. Organisation des relations entre l’Ehpad et le PASA
  3. Le PASA : une réponse personnalisée et une organisation adaptable dans un environnement adapté

 

Le document comprend en outre 7 annexes :

 

  • Fiche pratique savoir-être et savoir-faire à adapter envers les personnes atteintes de maladie d’Alzheimer ou apparentée
  •  Approches non médicamenteuses
  •  La personne de confiance
  • Comment intégrer le projet spécifique du PASA au projet d’établissement ?
  • Évaluer ses activités et la qualité des prestations délivrées
  • Travaux du secteur « personnes âgées » concernant les EHPAD
  • Conduite des travaux

 

 

L’accent mis sur les activités

L’ANESM souligne qu’une réponse personnalisée doit être apportée :

  • En élaborant un programme d’activités cohérent avec le profil des personnes accueillies ;
  • En définissant pour chaque personne accueillie des groupes d’activités et les principaux objectifs visés ;
  • En établissant un projet individuel d’activités conforme aux envies et au rythme de la personne s’appuyant sur son parcours et son histoire de vie ;
  • En évaluant les réactions des personnes accueillies selon les activités proposées et en retranscrivant les résultats de l’évaluation dans le dossier de la personne ;
  • En ritualisant les activités du PASA autour des moments clés de la journée : arrivée, déjeuner, goûter et départ du PASA ;
  • En entretenant le maintien du lien social des personnes accueillies par l’organisation d’évènement exceptionnels tels que les repas avec des invités extérieurs ;
  • En adaptant régulièrement le programme d’activités en prenant le temps de la réflexion dans le cadre de réunions.

Poursuivre le déploiement des unités d’hébergement renforcée (UHR) en Ehpad

La mesure 27 a pour but de « poursuivre et de renforcer le déploiement des unités d’hébergement renforcé en Ehpad et inscrire cette offre au sein des filières de soins et accompagnement de droit commun. »

 

Les recommandations sont développées au sein de trois chapitres :

  1.  Elaboration du projet d’unité d’hébergement renforcé
  2.  L’organisation du parcours du résident
  3. Une réponse personnalisée au sein d’une organisation adaptable

 

 

Le deuxième chapitre insiste sur l’importance de la coordination entre Ehpad et UHR. C’est ainsi que l'Anesm recommande:

  • L'organisation de réunions d’informations  entre la direction et l’ensemble des personnels (Ehpad et UHR) dans le cadre du suivi du projet d’établissement ;
  • La sollicitation du  personnel de l’Ehpad  pour accompagner les personnes accueillies ;
  • La mutualisation de certaines activités organisées. Dans cette hypothèse, il convient d’organiser des temps d’échange entre les équipes. De manière générale, les échanges entre le personnel de l’Ehpad et de l’UHR doivent être encouragés.

 

 

 

Dans le dernier chapitre, l’Anesm met également l’accent sur les activités. Ainsi, dans le cadre de l’accueil et de l’accompagnement des résidents hébergés, l’institution recommande de proposer des activités collectives ou individuelles conformes au contenu du projet personnalisé du résident. Ce projet devra être réactualisé et adapté en fonction des besoins et du comportement de la personne en lien avec le médecin traitant, sous la responsabilité du médecin coordinateur.

 

 

0 commentaires

lun.

31

juil.

2017

Publication des résultats de l'enquête relative aux résidents en maison de retraite

 La DREES vient de publier les premiers résultats de l'enquête menée sur les 728 000 personnes qui résidaient en Ehpa, à la fin de l'année 2015.

Évolution du nombre de personnes âgées accueillies en établissement

L’enquête souligne l’accroissement du besoin en structures spécialisées destinées aux personnes âgées, comme en témoigne la hausse du nombre de places en Ehpad. En effet, la DREES (Direction de la Recherche, des Études, de l'Évaluation et des Statistiques) dénombrait plus de 585 000 résidents en 2015, en Ehpad, soit une évolution de 7% du nombre de personnes accueillies depuis 2011. Néanmoins, il est à noter que le nombre de places disponibles en Ehpad (6,2 %) croit moins vite que le nombre de personnes accueillies. La question de la nécessité d’accroître les capacités d’accueil des Ehpad se pose donc aujourd’hui. 

 

À contrario, les Ehpa et les logements-foyers accueillent moins de résidents qu’en 2015. En l’espace de quatre ans, les logements-foyers ont fait face à une diminution du taux d’occupation de 0,9%, tout en ayant accru le nombre de places disponibles (0,5 %). En revanche, il convient d’observer à la fois une diminution du nombre de personnes accueillies (- 10,8%) et du nombre de places installées ( -11,2%) en Ehpa. 

 

Les modes d’accueil transitoires - l’hébergement temporaire et l’accueil de jour - sont devenus de plus en plus populaires chez les personnes âgées. En effet, ils donnent la possibilité à l’individu d’être accompagné de manière ponctuelle tout en ayant la possibilité de continuer à vivre à son domicile. En 2015, la DREES comptait 1380 personnes de plus accueillies en centre d’accueil de jour qu’en 2011, soit une augmentation de 4%.

 

Aujourd’hui, les personnes âgées accueillies au sein d’établissements d’hébergement sont de plus en plus âgées. En 2015, la moitié des résidents avaient plus de 87 ans et 5 mois, un an de plus qu’en 2011. Entre 2011 et 2015, la proportion de personnes âgées de 90 ans ou plus en institution est ainsi passée de 29 à 35 %. En outre, il est à noter que les résidents sont majoritairement des femmes (73,6 %), âgées de 75 ans ou plus. Ces dernières sont  plus souvent esseulées que les hommes : seulement 9 % d’entre elles ont un conjoint dans l’établissement contre 25 % pour les hommes.

Accroissement de la dépendance

Il est primordial d’évoquer l’accroissement continu du niveau de dépendance des résidents : 75,8% des résidents âgés de 90 ans ou plus ne se déplacent pas de manière autonome dans l’établissement. En 2015, toutes catégories d’établissement confondues, 83% des résidents étaient en perte d’autonomie au sens de la grille AGGIR, contre 81 % en 2011. Les Ehpad sont bien évidemment les établissements les plus touchés par cette hausse :  leur GMP (GIR moyen pondéré) est ainsi passé de 689 en 2011 à 710 en 2015. La proportion des résidents en GIR 1 à 4 dans les Ehpad était de 91% au 31 décembre 2015.

 

 

Par ailleurs, les personnes âgées entrent en institution à des niveaux de dépendance plus élevés qu’avant : les résidents arrivés en établissement au cours de l’année 2015 sont en moyenne moins autonome qu’en 2011. Cette dépendance se traduit par un pourcentage important de placement sous protection juridique des majeurs : fin 2015, 28% des résidents étaient concernés par cette mesure.

Accroissement des troubles de la cohérence

Outre le niveau de dépendance, la hausse des troubles de cohérence touchant les personnes âgées devient aujourd’hui préoccupante. 89 % des résidents âgés de moins de 70 ans souffraient de troubles de cohérence en 2015, contre 82 % pour les personnes âgées de 80 ans ou plus. On peut en déduire que les troubles de la cohérence est souvent une cause d'entrée précoce en institution pour les moins de 70 ans.

 

En 2015, environ 260 000 résidents étaient atteints d’une maladie neurodégénérative. Pourtant, seulement 47 % d’Ehpad disposaient d’unités spécifiques pour personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer et apparentées. Au total, 63 900 résidents étaient accueillis dans ces unités, soit 10,91 % de la population fréquentant un Ehpad.

Les résidents en établissement d'hébergement

Au cours de l’année 2015, plus de 291 000 personnes ont intégré un établissement d'hébergement. Les entrants sont en moyenne neufs mois plus âgés que ceux arrivés durant l’année 2011. Ce constat souligne non seulement le vieillissement de la population française mais traduit aussi la conséquence des politiques menées par les pouvoirs publics.  

 

Les individus rejoignant ce type d’établissement vivaient pour la plupart à leur domicile (55%), les autres viennent généralement de services de soins de suite et de réadaptation ou d’autres Ehpad.  Au vu de l’accroissement des besoins en termes de nombre de places au sein d’institutions d’hébergement spécifique, le délai d’attente des résidents entre la date de réception du dossier et l’entrée dans l’établissement ne dépasse pas un mois dans 60% des cas. En revanche, le délai d’attente est plus long dans les EHPAD publics non hospitaliers, les EHPAD privés non lucratifs et dans les logements-foyers publics : Le délai d’attente entre la date de réception du dossier et l’entrée dans l’établissement était inférieur ou égal à un mois pour 50 % des résidents entrés en 2015 en logement-foyer.

Les causes de sorties d'établissement d'hébergement

L’âge de sortie de l’établissement, quant à lui, a progressé en l’espace de quatre ans. Àleur sortie, les résidents avaient en moyenne 87 ans et 4 mois, en 2015 et avaient passé deux ans et demi dans l’établissement. Néanmoins, la moitié des sortants ont résidé moins d’un an et deux mois dans ces institutions.

 

Deux sorties sur trois correspondent à un décès. Ces derniers représentent plus de 80% des sorties de l’établissement en USLD et 68% en EHPAD. Les autres sorties correspondent principalement à des transferts vers un autre établissement. En 2015, la DREES comptait plus de 220 000 sorties définitives d’EHPAD, plus de 17 000 de logements-foyers, près de 4000 d‘EHPA et 20 000 d’USLD. 

 

Lorsque les résidents quittent l’établissement pour un motif autre que le décès, c’est en général pour rejoindre leur domicile ou celui d’un proche (46%), ou encore intégrer un autre établissement médico-social ou sanitaire (51 %). Les durées de séjour des individus regagnant leur domicile ou celui d’un proche sont plus courtes (cinq mois) que ceux qui s’orientent par exemple vers un service sanitaire d’un établissement de santé (un an et trois mois).

 

 Au sein de logement-foyer, les décès étant moins fréquents, près de la moitié des sorties se traduisent par des départs volontaires : seules 12% des sorties sont la conséquence d’une résiliation du contrat de séjour dû à l’inadéquation de l’état de santé de l’individu aux possibilités d’accueil de l’établissement. 60% des résidents en logement-foyer, quittant ce dernier pour un tout autre motif autre que celui du décès, se tournent vers un EHPAD.    

Pour aller plus loin : http://drees.solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/er1015.pdf

 

 

Aurélia LE FRAPPER

ven.

17

mars

2017

Publication de l'arrêté fixant le contenu du cahier des charges du CPOM

Cela ne vous a pas échappé, les dispositions de la loi d'adaptation de la société au vieillissement relatives au Contrat Pluriannuel d'Objectifs et de Moyens (CPOM) sont entrées en vigueur depuis le 1er janvier 2017.

 

Désormais, il en est fini de la convention tripartite, place au CPOM et à l'EPRD (État Prévisionnel des Recettes et des Dépenses).

 

En conséquence, si votre convention tripartite arrive à échéance, vous devrez conclure un accord tous les 5 ans . Celui-ci sera signé par le directeur général de l'ARS, le Président du Conseil départemental et l'organisme gestionnaire de l'Ehpad. 

 

Néanmoins, l'arrêté apporte une précision importante. Bien que les CPOM soient censés prendre immédiatement la relève des conventions tripartites,  les pouvoirs publics précisent, dans un souci de pragmatisme, que l'organisme gestionnaire  pourra conclure un avenant à la CTP et prolonger ses effets pour une durée maximale d'un an (Arrêté du 3 mars, art. 1).

 

De même, le texte apporte des précisions et détails intéressants sur les conditions de prorogation du CPOM (Arrêté du 3 mars, art. 2).

 

Néanmoins, le coeur de ce document réglementaire réside dans son annexe comprenant un modèle de CPOM composé de deux parties : d'une part, l'objet du contrat ; et d'autre part, la mise en oeuvre de celui-ci, en s'attardant sur le suivi et l'évaluation, la révision et le règlement des litiges. La convention doit être complétée par des annexes dont il est fait état dans le texte.

 

Enfin, l'arrêté insiste sur la question du "Diagnostic partagé", lequel permettra de définir les moyens et objectifs.

 

Pour en savoir plus, voir l'arrêté du 3 mars 2017, publié au JO du 10 mars.

 

 

mer.

04

janv.

2017

Création d’un Centre National des soins palliatifs et de fin de vie pour une durée de cinq ans

Le décret du 5 janvier 2016 créé un Centre National des soins palliatifs et de fin de vie, auprès du Ministre de la Santé, pour une durée de 5 ans. Cette initiative fait suite au Plan National 2015-2018 pour le développement des soins palliatifs et l’accompagnement de fin de vie.

 

 

Ce centre remplit 3 missions :

 

  •  Il contribue à une meilleure connaissance des conditions de la fin de vie et des soins palliatifs, des pratiques d'accompagnement et de leurs évolutions, ainsi que de l'organisation territoriale de la prise en charge des patients et de leur entourage.

 

  • Il participe au suivi des politiques publiques relatives aux soins palliatifs et à la fin de vie ;

 

  • Il informe le grand public et les professionnels afin de contribuer à la diffusion des connaissances sur la démarche palliative et sur la fin de vie. Le centre doit tout particulièrement promouvoir les dispositifs concernant les directives anticipées et la désignation des personnes de confiance.

 

Le Centre National des soins palliatifs et de fin de vie comprend un président et 18 membres composant le Conseil d’orientation. Ce conseil définit les orientations du Centre et le calendrier des travaux. Il se réunit au moins deux fois par an et élabore un rapport annuel qui doit être transmis au Ministre de la Santé et rendu public.

 

Pour en savoir plus :

 

Décret n° 2016-5 du 5 janvier 2016 portant création du Centre national des soins palliatifs et de la fin de vie

 

Plan National 2015-2018 pour le développement des soins palliatifs et l’accompagnement de la fin de vie

 

 

 

 

 

0 commentaires

mer.

27

juil.

2016

Guide de bonnes pratiques en cas d'attentats pour les ehpad

Le Ministère des Affaires sociales et de la santé a mis en ligne un guide de bonnes pratiques intitulé "Vigilance attentats, les bons réflexes".

Les directeurs d'Ehpad peuvent désormais mettre en place un plan de sécurité permettant de protéger usagers et personnel des établissements.

Pour le télécharger et en savoir plus.

lun.

18

mai

2015

Guide d’accompagnement des aidants familiaux

France Alzheimer publie un nouveau guide en ligne d’accompagnement au profit des aidants de personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer ou de maladies apparentées.


Ce nouveau site repensé pour offrir une navigation plus fluide, permet de mieux comprendre la maladie d’Alzheimer et offre des outils destinés à faciliter l’accompagnement des personnes atteintes de cette pathologie.


Deux parcours sont proposés :


  •  Le premier est conçu en trois étapes : connaître la maladie, comprendre les symptômes et accompagner au quotidien ;
  • Le second est personnalisé. À l’aide de mots-clefs, l’internaute accède directement aux thèmes qui l’intéressent.  


Un espace d’échanges propose une foire aux questions les plus couramment posées : accompagnement au quotidien, le comportement vis-à-vis des malades… En outre, un forum apporte un soutien aux aidants et leur offre l’opportunité d’échanger sur des sujets de préoccupation.


Ce site bénéficie de nombreuses animations : vidéos 3D, quizz de compréhension, fiches de connaissances imprimables …


Pour aller plus loin, rendez-vous sur guide France Alzheimer.

mer.

18

juin

2014

e-aidants : un réseau social d’entraide pour les aidants

e-aidants
e-aidants

Il fallait y penser, la start-up Dynseo, l’a fait ! Être aidant, en dépit de l’amour que l’on porte à son proche malade, est une lourde tâche. La jeune société l’a compris en lançant e-aidants, un site web doublé d’une application.

 

L’idée : rapprocher les aidants en favorisant l’entraide matérielle et psychologique. Pour ce faire, rien de plus simple,  il suffit de lancer une alerte à la communauté pour la mise à disposition de matériel, pour demander la présence à domicile chez un aidé,  dans les domaines de la vie quotidienne ou de la santé. Grâce au service de géolocalisation et à la messagerie instantanée, les plus proches géographiquement, seront à même de répondre directement.  L’aidant pourra opérer son choix grâce à la signalétique qui permet d’identifier les personnes les plus recommandées. Vous l’aurez compris, pour que ce service fonctionne, il est nécessaire d’agréger un nombre significatif de membres. L’accord conclu par Dyseo avec Aidant attitude devrait leur permettre d’atteindre rapidement le seuil critique.

 

Pour devenir membre, il suffit de se rendre sur la page du site e-aidants et de s'inscrire. Le service est entièrement gratuit. Il en va de même de l’application Android (Samsung) aujourd’hui disponible. Quant à l’appli iOS (iPhone), elle devrait être bientôt disponible.

4 commentaires

dim.

19

janv.

2014

Rapport sur l’activité sportive des sujets âgés

Livre "Ateliers activités physiques", éditions phalente
Livre "Ateliers activités physiques", éditions phalente

La pratique d’une activité physique pour lutter contre les dangers de la sédentarité constitue un enjeu de santé publique. C’est ainsi qu’un rapport a été remis au Ministre déléguée des personnes âgées et à l’autonomie, Michelle Delaunay. Ce document, intitulé « Dispositif d’activités physiques et sportives en direction des âgés », a été réalisé par un groupe de travail, placé sous la présidence du docteur Daniel Rivière. Les mesures prises diffèrent en fonction de l'état de dépendance de la population cible, qui est divisée en 3 groupes :

 

* Groupe 1 : Les séniors sans problème de santé

 

* Groupe 2 : Les séniors à risques identifiés (fragiles ou fragilisés)

 

* Groupe 3 : Les séniors dépendants

 

Le groupe de travail apporte des réponses pratiques à 8 mesures qu’il recommande de prendre :

 

1. Rendre accessible l’information concernant les bienfaits de l’activité physique sur la santé.

 

2. Promouvoir les activités physiques qui s’inscrivent au quotidien dans les espaces et temps de déplacement et dans les activités de la vie de tous les jours.

 

3. Promouvoir la pratique d’une activité physique ou sportive sur le lieu de travail.

 

4. Promouvoir les offres d’activités physiques et sportives encadrées tenant compte de l’hétérogénéité du public de plus de 50 ans et visant à inciter ces personnes à pratiquer une APS régulière.

 

5. Promouvoir et développer les activités physiques et sportives pour les personnes atteintes de maladies chroniques.

 

6. Développer et généraliser l’offre d’activités physiques et sportives dans les foyers, EHPA ou EHPAD.

 

7. Optimiser les programmes visant à prévenir les chutes et mettre en place une stratégie nationale bien identifiée.

 

8. Développer les programmes de recherche sur l’activité physique et la personne avançant en âge.

 

Rapport « Dispositif d’activités physiques et sportives en direction des âgés »

 

Pour aller plus loin : « Ateliers d’activités physiques », Collection Ateliers animations séniors, Delphine Dandois, Ergothérapeute